La recette du succès de Fany Péchiodat (My Little Paris)

Quelle est la recette derrière l’incroyable succès de My Little Paris ? Un concept unique ? Une formation de haut niveau ? Un management atypique ? Réponse avec le portrait de sa co-fondatrice, un talent tricolore devenu grand, Fany Péchiodat.

Gourmande, charmeuse, Fany Péchiodat, fondatrice de My Little Paris, un groupe de newsletters et de boîtes cadeaux hypertendue, est une championne de l’influence digitale. Les bons plans et les e-mails au ton décalé de My Little Paris ont conquis plus de 4 millions d’abonnés et des dizaines de milliers d’adeptes. La « petite » famille, qui fait vivre 130 salariés, réunit aujourd’hui une quinzaine de marques au total : My Little App, une appli pour sélectionner les meilleures applications, My Little Kids, Merci Alfred… Rapidement, l’entreprise créée en 2009 a été plébiscitée par les annonceurs. Dior, excusez du peu, a été son premier client, soucieux de faire connaître ses produits sur le web.

La comète du net

Cette success story du Net a fini par attirer les grands groupes, à la recherche de pépites numériques rentables, dans une valse à trois temps dont le dernier, fin 2017, a provoqué le départ de la brillante et singulière dirigeante. Après le rachat par TF1 du groupe AuFeminin qui avait lui-même racheté My Little Paris trois ans auparavant, en novembre 2013, Fany Péchiodat a tiré sa révérence et laissé les clés du petit empire à un trio historique, sa sœur, Amandine Péchiodat, ses associées, Céline Orjubin et Anne-Flore Chapellier. L’aventure continue !

L’idée : partager avec son carnet d’adresses électroniques sa passion pour Paris, ses bons plans et ses tuyaux inédits

Lorsque Fany Péchiodat lance My Little Paris, depuis sa chambre de bonne, son ambition n’est pas de devenir un leader du Net. La jeune femme a alors l’idée de partager avec son carnet d’adresses électroniques sa passion pour Paris, ses bons plans et ses tuyaux inédits. Ses e-mails génèrent auprès de ses proches, de ses amis et des amis d’amis une véritable boule de neige sur les réseaux. Laquelle va naturellement grossir, sans les ingrédients classiques du business que sont les levées de fonds, le marketing ou la publicité. Même si la jeune Clermontoise comprend vite que son business model passera par les annonceurs. Fine mouche, elle impose des bannières siglées « partenaires » pour qu’il n’y ait pas de confusion auprès de ses lectrices, et imagine des formats publicitaires innovants, plus proches du ton bon plan entre copines, l’univers de ses messages. Un positionnement singulier qui fera le succès de My Little Paris.

Entrepreneure instinctive, Fany Péchiodat voit grand pour diffuser le lifestyle à la parisienne. Désireuse de se développer à l’international, elle cède en 2013 pour environ 22 millions d’euros 60 % de son capital au site AuFeminin (filiale du groupe Axel Springer), les 40 % restant devant l’être en 2018. Elle reste à la tête de My Little Paris pendant trois ans en continuant de lancer au quotidien de nouvelles idées pour surprendre ses abonnées. Mais cette fois-ci, avec la vente d’AuFeminin à TF1, son départ clôt un parcours atypique dans l’univers des start-up du web.

Cette recette du succès est extraite de : Ces entrepreneurs Made in France, Patricia Salentey, Alisio, un ouvrage postfacé par Nicolas Dufourcq, directeur général Bpifrance.

 

 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

Il y sera !! Et vous ? Ne manquez pas l'événement entrepreneurial de l'année, la 4ème édition de @Bpifrance… https://t.co/oLka2dxPxD

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.