La recette du succès de Guillaume Gibault (Le Slip Français)

Quelle est la recette derrière l’incroyable succès du Slip Français ? Un concept unique ? Une formation de haut niveau ? Un management atypique ? Réponse avec le portrait de son fondateur, un talent tricolore devenu grand, Guillaume Gibault.

Vous vous rappelez « Le changement de slip, c’est maintenant » ? Première campagne de vidéo virale du Slip Français qui surfe sur la « vraie » campagne des élections présidentielles de 2012. Un coup de buzz sur les réseaux qui va lancer la marque de Guillaume Gibault, élu en 2017 jeune entrepreneur préféré des Français. Coup de com’ ? Pas seulement ! Aujourd’hui, à 32 ans, Guillaume Gibault prouve qu’on peut fabriquer en France et être rentable dans le secteur le plus difficile qui soit, le textile. Culotté !

Fier de ses dessous

Spontané, ouvert, curieux, le jeune homme débute comme financier chez General Electric, où il s’ennuie fermement. Il rejoint alors un patron atypique, le fondateur de Bio c’Bon. Avec lui, il découvre les joies du commerce, du terrain, des équipes à manager. De là naît sa vocation entrepreneuriale : « J’ai compris que c’était ce que je voulais faire. » Et de chercher la bonne idée pour se lancer. En fait, ce sont deux idées qui germent dans son esprit et deux entreprises qu’il lancera simultanément en 2011. L’une avec un associé, ancien de Bio c’Bon, dans la bagagerie haut de gamme pour homme, made in France, baptisée Léon Flam, du nom de son grand-père qui fabriquait les sacs pour les pilotes de l’Aéropostale. Et l’autre, en solo, un peu comme on lance une blague : des sous-vêtements pour homme, made in France aussi, c’est le point commun aux deux projets, vendus sur Internet, qu’il appellera, un brin provocateur, Le Slip Français. Un projet sur lequel personne n’aurait misé un kopeck à l’époque. Un produit aussi banal, de fabrication locale et vendu sur Internet, il fallait oser…

Oser, c’est le moteur du jeune entrepreneur pour qui rien n’est impossible. Il choisit un produit qu’on peut vendre en ligne, sans intermédiaire, pour s’aligner sur les prix des slips fabriqués en Chine ou en Tunisie. Et surtout, créer une marque, décalée et tendance, que les réseaux sociaux adopteront sur-le-champ.

Quand il se lance, l’écosystème start-up n’est pas encore mature. Pendant trois ans, il vit de bouts de ficelle. Avec ses premières levées de fonds, en 2014, il découvre la puissance du levier et change de paradigme : « On est devenus une vraie start-up. » À partir de ce moment-là Le Slip Français décolle

Guillaume Gibault, qui connaît zéro pour cent de turn-over dans ses équipes depuis la création, a acquis des réflexes de pilote de course. Extension des gammes, lancement sur le marché de la femme – « Ce sont déjà elles qui achètent les sous-vêtements pour leurs compagnons » –, il porte une attention fine au timing, conscient qu’avec Internet la vie d’une marque s’accélère. Avec toujours la même exigence : 100 % made in France.

Cette recette du succès est extraite de : Ces entrepreneurs Made in France, Patricia Salentey, Alisio, un ouvrage postfacé par Nicolas Dufourcq, directeur général Bpifrance.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

Le saviez-vous ? Entrepreneurs, l'événement incontournable pour vous est de retour pour une 4ème édition :… https://t.co/fAZ72u9T0g

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.