La recette du succès de Lætitia Gazel Anthoine, Connecthings

Quelle est la recette derrière l’incroyable succès de Connecthings ? Un concept unique ? Une formation de haut niveau ? Un management atypique ? Réponses avec le portrait de sa fondatrice, un talent tricolore devenu grand, Lætitia Gazel Anthoine.

Il fait grand beau, vous attendez le bus et votre appli favorite vous suggère de gagner du temps en prenant un vélo, à la borne d’à côté : vous l’avez rêvé, Connecthings l’a fait ! L’entreprise créée par Lætitia Gazel Anthoine à Paris connecte votre téléphone mobile aux bornes urbaines mises à jour en temps réel, via des puces, Bluetooth, Wifi ou des QR codes.

Smart Lady

Le marché de ces services facilitant la vie des habitants et des touristes est désormais clairement identifié et son potentiel considéré comme gigantesque. L’entrepreneure, installée depuis deux ans à New York pour se développer outre-Atlantique, y croit, elle, fermement depuis dix ans. Plus de soixante villes, dont une dizaine de grandes métropoles françaises, mais aussi Barcelone, la pionnière des « villes intelligentes », Valence, Porto, Turin, Milan, New York, Austin, Rio de Janeiro… sont clientes de Connecthings. Et la smart lady tourne à présent son regard vers l’Asie.

Tombée dans le chaudron des radiocommunications à Supélec, cette 5e d’une fratrie de six enfants, elle-même mère de quatre enfants, à la personnalité des plus déterminée, ne dévie pas de son projet initial : développer les usages de l’Internet mobile. Même si, dans les années 2000, le projet a des airs de science-fiction pour le commun des mortels. Mais la dame n’est pas du genre à reculer. Et, chemin faisant, elle va trouver une niche particulière : l’espace public, avec ses abribus, ses gares, ses totems, ses centres commerciaux, les aéroports. Un champ finalement peu exploité, et plus souvent investi dans le cadre des commerces et de la publicité. Lætitia Gazel Anthoine parie, elle, sur l’Internet mobile public.

Connecthings, forte de ses 40 salariés (32 en France), se trouve au seuil d’une future belle histoire, caractéristique de l’avance des start-up françaises dans ce secteur. Depuis 2015, cette ingénieure a levé 12 millions d’euros pour se lancer à l’international. Elle a choisi d’adopter un business model fondé sur la multiplication de ses clients… applicatifs, les balises urbaines de Connecthings pouvant interagir avec toutes les applications de type Airbnb, Uber, Vélib’, Ofo, etc. La société fonde sa croissance et sa rentabilité sur une formule « duplicable » auprès de ces grandes compagnies mondiales, friandes de données urbaines mises à jour en temps réel.

"Mon ambition est mondiale" Lætitia Gazel Anthoine

Reconnue à 47 ans parmi les expertes mondiales de l’Internet des objets connectés appliqués aux smart cities, la fondatrice de Connecthings s’engage maintenant dans une course contre la montre. La concurrence est forte, mais elle a pris une avance incontestable, notamment grâce aux contacts tissés depuis plusieurs années avec les grandes villes. Et elle a depuis longtemps fixé son cap : « Si j’ai choisi un nom anglais, c’est parce que mon ambition est mondiale », rappelle sans ambages cette pionnière.

Cette recette du succès est extraite de : Ces entrepreneurs Made in France, Patricia Salentey, Alisio, un ouvrage postfacé par Nicolas Dufourcq, directeur général Bpifrance.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

Les 5 #startups françaises, @ethicPhone, #Gravity, #Wexity, @YellowRelay et @YouScribe_fr sont parties avec… https://t.co/XWHzFAJ6O9