Le CDO, acteur clé de la transformation numérique

Véritable « chef d’orchestre » de la transformation numérique d’une entreprise, le Chief Digital Officer doit souvent jouer les équilibristes pour mener à bien sa mission.

L’Oréal, Accor, Total ou LVMH… Ces grandes entreprises françaises ont un point commun : celui de s’être dotées d’un CDO au cours des deux dernières années. Derrière cet acronyme se cache un dirigeant d’un nouveau genre, le Chief Digital Officer.

Mission CDO

Sa mission ? Assurer la transformation numérique d’une entreprise. Ainsi, le CDO définit les objectifs du plan de transformation digitale et les intègre dans la vision stratégique plus large de l’entreprise. C’est à lui de sélectionner, présenter et intégrer les outils numériques, qu’ils soient matériels (tablettes, imprimantes 3D ou autres objets connectés) ou immatériels (logiciels organisationnels, plateformes collaboratives, etc.). Ce poste est donc par définition temporaire, mais la mission s’étend souvent sur plusieurs années.

Développement des process

Pour sélectionner ces outils, le CDO s’attache d'abord à identifier les incohérences de l’écosystème numérique tel qu’il existe à son arrivée dans l’entreprise. Puis, une fois le diagnostic posé, il bâtit une stratégie d’harmonisation et de développement des process à l’aide du numérique. Cette stratégie devra ensuite être défendue auprès de la direction générale et des différentes directions métiers (marketing, finance, commercial, production…). Le CDO fixe des objectifs concrets - par exemple, dégager 20 % de chiffre d’affaires supplémentaire grâce aux canaux digitaux à un horizon de 2 ans -, et les moyens d’y parvenir. Il doit notamment s’assurer de la cohérence des actions, et travaille souvent en étroite collaboration avec la DSI, la direction des systèmes d’information. Enfin, il assure la diffusion d’une culture numérique jusque-là partielle et informelle dans toute l'organisation. Tous les secteurs étant, à plus ou moins grande échelle, concernés par la transformation numérique de leurs activités, un CDO peut aussi bien exercer dans le secteur bancaire que dans celui de la distribution, de l’industrie ou du tourisme.

Transversalité

Ses actions sont transverses et concernent plusieurs directions à la fois. 

Le CDO, un « chef d’orchestre » du plan de transformation numérique

La complexité de la tâche, la nécessité de coordination entre différents métiers - et donc différents objectifs et moyens au sein d’un même groupe - font du CDO un « chef d’orchestre » du plan de transformation numérique. Outre la transversalité, un autre défi que doit relever le CDO est la résistance au changement. Une tendance qui peut venir des clients et des fournisseurs mais aussi (et parfois, surtout) de l’intérieur de l’entreprise, autrement dit, des collaborateurs eux-mêmes.

Charge alors au Chief Digital Officer de savoir bien communiquer et bien s’entourer pour mener à bien sa mission. Il doit bénéficier d’un appui sans faille de la direction générale, et peut aussi s’appuyer sur une petite équipe, une « garde-rapprochée » composée d’experts et de chefs de projet internes. Sur le plan de la communication, le CDO doit s’assurer de bénéficier de relais influents au sein des différentes directions. Enfin, son salaire varie selon son degré d’expérience et sa réputation. 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

PDG de @HavasParis, @agathebousquet vous donne RDV le 12/10 pour parler de la transformation !! #InnoGeneration… https://t.co/z5Iql1nlFi

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.