Le CES 2018, première journée : "le plein d'énergie"

Nos trois « ambassadeurs » : Lucile Noury, présidente et co-fondatrice de Green Creative, Raphaël Meyer, PDG et co-fondateur de Lancey Energy Storage et Marc Massonneau, dirigeant et co-fondateur de SuriCog, nous racontent leur première journée au CES 2018. Tous trois sont gonflés à bloc !

Il est à peine 8 heures du matin, la journée de la veille a été longue, la nuit a été courte, mais entrepreneurs et startuppers français qui ont fait le déplacement jusqu'à Las Vegas pour exposer au salon mondial de l'électronique grand public sont dans une forme olympique. D'ailleurs, à propos d'olympiades, Lucile Noury les a en ligne de mire : « Non seulement nous avons eu la visite de Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat chargé du Numérique, qui s'est arrêté sur notre stand et a testé notre robot de tri connecté, R3D3, mais aussi celle de Valérie Pécresse, la présidente du Conseil régional d'Ile-de-France. Nous sommes fiers de lui avoir montré qu'une start-up industrielle fonctionne bien en Ile-de-France », raconte-t-elle, pour ajouter : « Bien sûr, cela veut dire aussi pour nous la perspective d'aides de la région, car l'activité industrielle nécessite des capitaux, mais aussi, et surtout, un potentiel énorme pour R3D3, qui pourrait être adopté pour les JO de 2024 ». A la clé, évidemment, une visibilité planétaire !

Convertir tous les contacts

A cela s'ajoute le passage sur le stand de Green Creative de nombreux PDG français - autant de grands comptes qui pourraient adopter ses produits - et de distributeurs BtoB venant du Japon et de la Californie voisine et intéressés. Bref, une première journée qui a offert un plein d'énergie à Lucile Noury et son équipe. Elle sera suivie par une présentation de FLEXIDRY, son « déconditionneur » de biodéchets, auprès d'autres Californiens qui ont fait le déplacement à Las Vegas pour rencontrer l'équipe de Green Creative. « Il nous reste à convertir toutes ces bonnes 'touches' », conclut Lucile Noury, résolue.

Autre entrepreneur en grande forme, Raphaël Meyer. Son plein d'optimisme, il le doit d'abord aux multiples reportages dont son produit, le premier radiateur électrique intelligent, a fait l'objet, dans des médias spécialisés mais aussi sur BFM Business et au JT de France 2. « On ne peut pas rêver mieux ! », s'exclame-t-il, en précisant que cette année, Lancey Energy Storage s'était 'offert' les services d'un spécialiste des relations presse - « et il a bien travaillé ».

Visibilité accrue

Au delà de la visibilité apportée par les médias - « et qui est importante pour nos clients comme pour nos partenaires » - les visiteurs sur le stand : des Français pour environ la moitié, l'autre moitié constituée principalement d'Américains et de Canadiens, également attirés par le Best of Innovation qu'a reçu Lancey Energy Storage, est une autre source de satisfaction pour le jeune entrepreneur. D'ailleurs, « même si le CES s'arrêtait dès aujourd'hui, cela aurait valu la peine d'y être ! », plaisante-t-il. 

Une telle aventure « resserre les liens et soude vraiment l'équipe »

Mais il reste encore plusieurs jours pour séduire, notamment les investisseurs, objectif principal de la participation de la société au CES de cette année. Enfin, note Raphaël Meyer, une telle aventure « resserre les liens et soude vraiment l'équipe ». Des dividendes que l'entreprise touchera, plus tard, dans son fonctionnement quotidien. Mais pour l'heure, il est temps de partir à l'assaut des investisseurs potentiels !

Dans ce domaine comme dans d'autres, le CES est un événement incontournable. Comme le stand de SuriCog, d'ailleurs. Alors que les centaines de start-up du monde entier se démènent pour être visibles à l'Eureka Park, c'est, entre autres, sur le stand de SuriCog, ciblé par le programme de visites officielles, que se sont arrêtés les représentants de Google, de Samsung et de bien d'autres poids lourds de la tech mondiale. Sans parler des investisseurs et autres partenaires potentiels... « Alors que déjà, être sélectionné pour l'Eureka Park n'est pas une mince affaire », relève Marc Massonneau. Le reste, clairement, n'est que du bonheur supplémentaire pour l'entrepreneur ! Si SuriCog est si remarquée, c'est aussi que son innovation de rupture, fondée sur l'« eye tracking », s'inscrit parfaitement dans la tendance qui se dégage au CES 2018. Que ce soit pour des véhicules ou toute autre activité bénéficiant de l'apport de la réalité virtuelle ou augmentée, l'analyse des mouvements de l’œil pourrait se révéler clé. Avant de s'engouffrer de nouveau dans la « caverne » de l'Eureka Park, Marc Massonneau, lève les yeux vers un ciel sans limite. « Il y a un soleil magnifique aujourd'hui ! », s'exclame-t-il.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

@MelanieRblt1 Proposez une offre complète, tout le package autour du produit est très important notamment en Asie !… https://t.co/skxK0s8tIQ

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.