A l'occasion de la Semaine de l'Industrie, focus sur LTM. Spécialisée en construction métallique, en chaudronnerie et en maintenance industrielle, la société des Hauts-de-France connaît une deuxième vie depuis son rachat en 2014. Belles réalisations, nouveaux projets : les deux propriétaires ont foi en l'avenir.

« Nous avions vraiment un genou à terre et heureusement que nous étions deux ! », se souviennent en chœur Fabrice Hornois et Jean-François Baillie, en pensant à la situation dans laquelle se trouvait la société LTM, basée à Téteghem, près de Dunkerque, en 2014, lorsqu'ils l'ont rachetée. Spécialisée en construction métallique, en chaudronnerie et en maintenance industrielle, elle n'avait « aucune trésorerie, une comptabilité 'à la ramasse', et l'argent qui partait par les fenêtres », énumèrent-ils. Autant dire que la partie était serrée pour un redressement.

Passerelles pour l'avenir

Près de quatre ans plus tard, la situation a complètement changé. Non seulement la société peut s'enorgueillir d'avoir réalisé des ouvrages dans la construction navale, telles qu'une passerelle pour le port autonome de Dunkerque et une structure de pont roulant de 75 tonnes, fabriquée en une seule pièce et livrée par convoi spécial à ArcellorMittal, qui importe son minerai de fer via le port de Dunkerque, mais en plus, elle a ajouté de nouvelles lignes de produits, comme la tuyauterie pour tous les types de fluides, ainsi que la mécanique, ouvert un nouvel atelier spécialisé dans l'inox à Saint-Omer en 2015 et enfin, acheté un nouveau bâtiment pour son siège, en octobre 2017... 

De 25 salariés en 2014, la société est passée à 49 aujourd'hui

Le tout, évidemment, sur fond d'accroissement du chiffre d'affaires. Il est passé de 2,5 millions d'euros en 2014 à 7,9 millions d'euros en 2017. Sans oublier l'emploi... De 25 salariés en 2014, la société est passée à 49 aujourd'hui, « et nous faisons vivre d'autres personnes, intérimaires et salariés chez les sous-traitants », précisent les deux compères.

Et pas question de s'arrêter là ! Si les deux patrons de LTM ne veulent rien révéler de leurs projets à venir, concurrence oblige, il est clair qu'ils cherchent à se développer davantage. « Nous pourrions avoir de nouveaux clients grands comptes », estime ainsi Jean-François Baillie, mais « encore faudrait-il pouvoir recruter des salariés formés et compétents », ajoute Fabrice Hornois. Sans compter que de nouveaux projets nécessitent aussi de l'argent... Pour l'instant, le développement s'est effectué sur les fonds propres, mais sans doute faudra-t-il passer à un soutien extérieur pour aller plus loin.

Plus loin à l'étranger ? Pas forcément pour l'instant... « Nous restons prudents, autant d'abord bien faire notre métier dans l'Hexagone », déclare Jean-François Baillie. « Mais peut-être que des portes s'ouvriront à l'étranger un jour », relève toutefois Fabrice Hornois. En tout cas, les deux professionnels de la construction métallique, dans le métier depuis plus de 30 ans, sont optimistes : « La demande s'accroît, disent-ils, et des gens nous consultent car nous avons fait nos preuves. »

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

Participer aux #HandiTechTrophy c’est valoriser son entreprise, ses compétences, ses technologies et son engagement… https://t.co/v90l7W7hQ1

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.