Legaltech : qui sont ces start-up qui s’attaquent aux services juridiques ?

Déjà connue ailleurs dans le monde, la « legaltech » fait une percée en France. Les jeunes pousses s’installent au croisement de la technologie et du droit.

Le terme « legaltech » existe depuis le début des années 2000 outre-Manche et outre-Atlantique. Il désignait alors des entreprises œuvrant pour le compte de cabinets d’avocats, avec la mise à disposition de solutions technologiques permettant d’automatiser certaines tâches, telle que la facturation. Mais de jeunes pousses sont depuis apparues et proposent désormais leurs services en direct, s’appuyant précisément sur la technologie et l’automatisation pour s’attaquer aux prix du marché. Car les professions juridiques n’échappent pas à la transformation numérique. Les entreprises de la legaltech ciblent, selon les cas, trois segments de marché : les entreprises, le grand public et les cabinets d’avocats.

Des professions menacées ?

L’offre de services est en passe de sérieusement s’étoffer. Une start-up comme LegalVision, récemment créée à Bordeaux, propose par exemple d’effectuer, en ligne, très simplement, 35 types d’opérations, allant de la création de son entreprise au transfert de son siège social en passant par la modification de l’objet de sa société. « Il s’agit uniquement d'actes simples et standards qui, cela dit, représentent 90 % des opérations juridiques. Nous proposons une sorte de guichet unique des formalités », explique Loïc Le Goas, directeur général et cofondateur de LegalVision. « Depuis 40 ans, les opérations juridiques étaient le monopole des experts-comptables, avocats et notaires. Nous arrivons effectivement sur ce marché en proposant à nos clients de réaliser des démarches en ligne en 10 minutes aujourd'hui, et en trois clics demain, avec l'intégration de la data publique. »

.

"Aucun logiciel ne pourra prendre en charge l'inquiétude d'un entrepreneur face à une situation délicate."

De son côté, Legalix, lancée à Paris, met à la disposition des TPE et des start-up une plateforme de services juridiques à la demande, équivalent à un cabinet d’avocats virtuel. D’autres start-up, un peu partout dans le monde, sont positionnées sur la veille juridique, la gestion des contrats voire la justice prédictive en s’appuyant sur le big data et l’intelligence artificielle. Au point de menacer sérieusement les métiers du droit et celui des experts-comptables ? Pas forcément, à en croire les intéressés, qui imaginent plutôt en profiter pour remettre en valeur leur rôle de conseil et d’accompagnant du chef d’entreprise, ainsi que leur valeur ajoutée, tout en se reposant sur le numérique pour les tâches rébarbatives. « Si certaines opérations simples, comme les démarches administratives, peuvent être automatisées, il n'en est pas de même pour le conseil juridique et fiscal que nous prodiguons aujourd'hui auprès des chefs d'entreprises. Aucun logiciel ne pourra prendre en charge l'inquiétude d'un entrepreneur face à une situation délicate. Le conseil implique une réponse personnalisée et tous les dossiers qui engagent des choix stratégiques pour l'entreprise resteront liés à la compétence humaine », affirme ainsi Lucas Sarlange, vice-président de l'Ordre des experts-comptables d'Aquitaine

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

Hey ! Ne manquez pas le RDV mondial de l'#innovation et des #startups du 24 au 26 mai 2018 à Paris. Une table ronde… https://t.co/vVh9FXn1m2

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.