Véritable pionnière des micro-drones français, Novadem a acquis une maîtrise technologique et industrielle qui garantit le plus haut niveau de qualité. Sa mission ? Rendre la robotique aérienne accessible à tous. Focus sur une société devenue la spécialiste du drone « made in France »…

Les drones, ces petits appareils aériens légers, ne livrent pas encore de pizzas aux particuliers, mais ils sont déjà utilisés pour vérifier l’état des bâtiments et des installations industrielles. La startup Novadem d’Aix-en-Provence, créée en 2006, conçoit des « solutions de mesure et d’analyse aériennes robotisées » selon Pascal Zunino, un des trois cofondateurs. Ces robots volants peuvent s’approcher des ouvrages pour en détecter les fissures et autres incidents. Les logiciels dédiés à différents métiers (industrie, défense, gendarmerie, sapeurs pompiers, sécurité civile) effectuent ensuite analyses et transferts des données.

« Nous offrons une solution globale unique qui va bien au-delà de faire voler des machines »

Après cinq ans de recherche et développement, la PME a réalisé un chiffre d’affaires cumulé de 3,5 millions d’euros pour une cinquantaine de systèmes en activité. Pour l’ingénieur de l’institut polytechnique de Grenoble « nous offrons une solution globale unique qui va bien au-delà de faire voler des machines ». Dans le cas des sapeurs-pompiers du SDIS 13 par exemple, les informations captées par le drone sont partagées en temps réel jusqu’au poste de commandement pour comprendre rapidement une situation et aider à la décision. Pour l’inspection du Viaduc de Millau, les milliers de photos capturées par le drone sont précisément géo référencées et positionnées sur un plan détaillé de l’ouvrage. 

Dès l’amorçage du projet en 2007, Bpifrance a accordé à la startup une subvention de 500 000 euros suite au concours i-Lab. Fin 2015, Novadem a reçu le soutien de Bpifrance via un prêt à l’innovation d’un million d’euros pour soutenir le développement international de la PME. Bénéficiaire depuis trois ans, Novadem voudrait trouver des distributeurs en Europe, avant de cibler l’Amérique du Nord. « Ces aides nous ont été précieuses durant la phase critique de démarrage, et ont permis aux trois fondateurs d’éviter de faire entrer des actionnaires extérieurs dès l’origine » apprécie Pascal Zunino.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

La demande de protéines va doubler d’ici 2050 avec l’augmentation de la population mondiale d’où l’importance de ce… https://t.co/C8zOgeSPGP

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.