PME, osez la commande publique !

PME, osez la commande publique ! Manne gigantesque, les marchés publics représentent quelque 140 Md€ de dépenses par an, mais dont un quart seulement est capté par les PME. Pourtant, l'accès leur en est largement facilité aujourd'hui. Quelques conseils.

Une démarche plus simple que ce que l'on pense

Les PME ont tendance à penser qu'il est long et compliqué de répondre à une commande publique. Pourtant la réalité du terrain est souvent autre. « La perception de l’effort à fournir est démesurée. Concourir à une commande publique n’est pourtant pas plus exigeant, en termes de temps et d’énergie, que de ‘‘prospecter dans le dur’’ des acheteurs privés », assure Laurent Blind, président de Caneva, un cabinet expert en marché publics. « C’est assurément chronophage, indique, pour sa part, le président de la PME Boisea, Benoit Bontoux. Mais au vu des résultats, le jeu en vaut la chandelle. »

 

Une préparation rigoureuse

Spécialisée dans les maisons à ossature bois, la société participe régulièrement à des appels d’offres publics. Et les gagne. « Face à des concurrents bien plus gros que nous, nous en avons remporté trois l’année dernière ! » s’exclame Bruno Bontoux. Son secret ? Une préparation extrêmement rigoureuse. : « Savoir rédiger un mémoire technique, ce document qui présente les forces de l’entreprise, ne s’improvise pas. On peut être retoqué pour un simple défaut de forme. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à participer à une journée de formation pour disposer des compétences en interne. À défaut, une PME peut toujours faire appel à un cabinet spécialisé ».

 

Des dispositions réglementaires plus favorables

De nombreuses dispositions réglementaires ont été prises ces dernières années pour favoriser l’accès des PME, à l’instar de la simplification et la dématérialisation des démarches, la réduction des délais de paiement à 30 jours, ou l’augmentation des avances versées à hauteur 20 %. « L’exigence faite aux administrations de découper en lots les appels d’offres améliore aussi leurs chances face aux grands groupes. Les PME peuvent en outre plus facilement participer à des groupement d’entreprises », affirme Laurent Blind. Des arguments partagés par Benoit Bontoux : « L’ensemble de ces mesures joue incontestablement en faveur des PME ! La dématérialisation permet par exemple de réaliser de véritables économies de temps et d’argent. »

 

Des résultats substantiels

En 2013, Boisea a, pour la première fois, franchi la barre des 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. Un excellent résultat dans lequel les marchés publics pèsent de tout leur poids. « Ces derniers ont compté, l’année dernière, pour 30 % de notre CA », confirme Benoit Bontoux. Une PME qui sait s’organiser a donc tout intérêt à se lancer ». Assurément, les petites et moyennes entreprises n’ont  pas de complexe à avoir vis-à-vis des grands groupes. Leurs atouts tels la souplesse d’adaptation, la légèreté des coûts de structure, le fort niveau d’expertise, sont incontestablement appréciés des donneurs d’ordre publics. 

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

#NosVillesOntDuTalent : Marseille, passion méditerranée https://t.co/Dj1EJN7kTs