Stéphane Pallez, combinaison gagnante à la Française des Jeux

Depuis 2014, Stéphane Pallez est la présidente-directrice générale de La Française des Jeux. Fan d'innovation, elle milite notamment en faveur de la diversité et de l'égalité des chances. Elle sera le 11 octobre à l'AccorHotels Arena pour la 4e édition de Bpifrance Inno Generation. Découvrez son parcours.

Stéphane Pallez

« Nos  clients sont de tout âge et de tout sexe » expliquait la présidente-directrice générale de la Française des Jeux (FDJ), 2e loterie européenne - avec des ventes qui ont dépassé les 15 milliards d'euros en 2017. Pas question, donc, de faire de la discrimination. A moins qu'elle ne soit positive. D'ailleurs, depuis son arrivée aux commandes de la FDJ, en novembre 2014, Stéphane Pallez a œuvré pour que des femmes la rejoignent. Et la ligne managériale compte déjà 40 % femme. Elle a également nommé deux femmes supplémentaires au comité exécutif, dont une « chief digital officer », et trois femmes à des postes clés pour l’innovation. Si cette battante assume ses ambitions, en particulier dans le domaine de la diversité, elle s'inquiète du retard que prennent certaines entreprises. Elles doivent, selon elle, se mobiliser pour accélérer le changement, sinon, les performances de l'économie française pourraient pâtir de ce retard...

Un monde d'hommes au Trésor

Si Stéphane Pallez s'intéresse tant au sort des femmes dans l'économie, c'est qu'elle a commencé sa carrière dans un monde d'hommes. Au Trésor, d'abord, dans les années 80, où on lui fait remarquer qu'une femme n'y est pas à sa place... Pendant 20 ans, elle a cependant été à la manœuvre pour la privatisation d'Air France, de Thomson, du Gan. Elle a aussi été de tous les grands rendez-vous mondiaux : G7, G8, G20, négociations dans le cadre du FMI... Et c'est une femme, Christine Lagarde, alors ministre des Finances, qui propose son nom et son savoir-faire au poste de présidente-directrice générale de l'entreprise de réassurance publique CCR, en 2011, tandis que Stéphane Pallez était à l'époque directrice financière déléguée de France Télécom-Orange. Depuis qu'elle a pris la tête de FDJ, cette femme énergique applique des méthodes du privé - tout en gardant à l'esprit le sens de l'intérêt général.

Le pari de l'innovation numérique

Pour doper la croissance de la FDJ, elle a parié sur le numérique, en investissant 100 millions d’euros en 2015, pour produire notamment l’application « Parions Sport ». Pari gagné. La croissance est au rendez-vous et en un an, la FDJ a gagné 700 millions d’euros supplémentaires. Une aubaine pour l'Etat, puisqu'il récupère une partie des bénéfices de la FDJ ! D'autres applications suivent. Les joueurs n'ont plus qu'à préparer leur grille sur leur portable, puis flasher le tout dans un point de vente de la FDJ. Et si le nombre de ventes numérisée a atteint 1,7Mds € en 2017,  la FDJ s'est fixée comme objectif d'atteindre 20 % de ventes numérisées d'ici 2020. 

C'est pourquoi Stéphane Pallez ne compte pas s'arrêter en si bon chemin, même si elle prend le temps de réfléchir. Et c'est bien cette combinaison gagnante qu'elle applique à la FDJ.

Entrepreneurs de tout le pays, comme Stéphane Pallez, unissez-vous !

Le 11 octobre 2018, de 9h à minuit, soyez au rendez-vous de la 4e édition de Bpifrance Inno Generation. Inscrivez-vous-vite.
Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

RT @patricebegay: Fêtez aussi la musique le 11/10 à @Bpifrance #InnoGeneration Merci @LucieElisaJulie & @Mae_Officiel qui nous feront l’hon…