Le spécialiste de la transformation numérique accélère à l’international, avec pour objectif d’y réaliser un cinquième de son chiffre d’affaires à l’horizon 2020. Après les Etats-Unis, le Maroc, Singapour et Hong Kong, l’ETI s’implante en Australie et aux Philippines.

Viseo a le vent en poupe. Fondé en 1999, la société de conseil et de services numériques, en croissance constante depuis sa création (132 millions d’euros de C.A. En 2016, 1 300 collaborateurs), avait posé ses jalons à l’international dès 2004. Outre-Atlantique, d’abord, avec une filiale pour accompagner ses clients français dans le développement de leurs solutions aux Etats-Unis. A Casablanca, également, avec l’ouverture d’un centre de développement à distance de maintenance applicative. Puis, l’ETI basée à Boulogne-Billancourt a décidé de prendre le large en direction de l’Asie-Pacifique en ouvrant, en 2009-2010, des filiales à Singapour et à Hong Kong. Un déploiement renforcé par deux implantations récentes : une filiale à Sydney et un deuxième centre de développement à distance aux Philippines, sur l’île de Cebu.

L'Asie, un marché en forte accélération numérique

Plusieurs logiques sont à l’origine de ce développement. D’une part, pour « accompagner des clients globaux dans le déploiement de leurs solutions partout dans le monde », une couverture géographique large était nécessaire, explique le Pdg-fondateur de Viseo, Olivier Dhonte. « Aujourd’hui, nous sommes capables de couvrir la zone Amérique depuis New York, toute l’Asie-Pacifique et également les pays d’Europe à partir de nos bureaux français ».
D’autre part, l’idée est d’« organiser notre production avec des centres d’expertise que nous pouvons localiser à des endroits cohérents dans le monde ». Autre levier, en phase de mise en place : « Avec des équipes en Asie et aux Etats-Unis, aborder des clients locaux sur ces zones géographiques, en déployant une activité commerciale et marketing locale pour pouvoir gagner de nouveaux contrats », détaille-t-il.

" Lorsque nos clients raisonnent sur le déploiement de leurs solutions, ils le font sur le monde entier."

Les motivations pour se lancer en Asie ? « C’était un marché en développement », note Olivier Dhonte. « Lorsque nos clients raisonnent sur le déploiement de leurs solutions, ils le font sur le monde entier. Il fallait absolument que nous soyons en mesure de leur proposer une solution sur cette zone aussi », confie-t-il. Un marché, d’ailleurs, « en forte accélération en termes de digitalisation ».

20 % de C.A. à l’étranger d’ici à 2020

L’accélération à l’étranger est dans tous les cas inscrite dans la stratégie de la société, baptisée « VISEO 2020 », dont l’un des objectifs est de réaliser, à l’horizon 2020, 200 millions d'euros de chiffre d’affaires, dont 20 % à l’international. Autrement dit, l’ETI ambitionne de porter les 10 millions d'euros réalisés à l’étranger à ce jour à 40 millions.
Pour atteindre les objectifs de « VISEO 2020 », la société mise, entre autres, sur l’innovation. « Pour cette année 2017, nous travaillons principalement sur des chatbots - des agents conversationnels -, la Blockchain et ses applications, ainsi que sur toutes les thématiques autour de l’Internet des Objets (IoT) », précise le patron de VISEO. Une manière de se positionner en amont sur les technologies innovantes qui, demain, deviendront « industrielles ».

VISEO est membre du réseau Bpifrance Excellence.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

Ces start-up qui veulent dépoussiérer le mariage ! https://t.co/h0uYyghAIg @EchosStart https://t.co/BcarOhkpR0