Consumer Electronic Show : Las Vegas, capitale mondiale de l'innovation

Mon CES à moi : les temps forts

À l’occasion de la 50e édition du rendez-vous mondial de l’électronique à Las Vegas, plusieurs start-up françaises nous ont fait vivre leurs aventures. Récit.


Le Consumer Electronic Show 2017 a battu son plein jusqu’à dimanche soir. La grand-messe internationale de l’électronique grand-public, du 5 au 8 janvier, a attiré cette année plus 3 800 exposants, dont quelque 170 jeunes pousses tricolores, pressées de présenter leurs toutes dernières innovations. Quatre d’entre elles nous ont plongé dans l’ambiance en nous livrant leurs impressions.

10-Vins : une pluie de contacts pour le sommelier connecté

« J’ai l’impression qu’il y a encore plus de monde que l’année dernière », lance au début de la troisième journée du salon Thibaut Jarrousse, co-fondateur de la jeune pousse nantaise déjà de la fête l’an dernier. 

"Nous avons récupéré 200 contacts qualifiés en deux jours"

Depuis le démarrage de la grand-messe de l'électronique, les créateurs de la machine à dégustation de vin au verre, dont ils ont présenté cette année une version encore plus connectée, n’ont cessé d’enchaîner les rendez-vous, les showcases et les sessions de pitch… dont une, The one billion-dollar pitching session, s’est déroulée au French Village... à sept heures du matin ! « Pour la dégustation du vin, c’est un peu tôt... », sourit l’entrepreneur. La bonne humeur était toutefois au rendez-vous et pour cause : « Nous avons récupéré 200 contacts qualifiés en deux jours », se réjouit Thibaut Jarrousse. Des contacts noués au niveau de la distribution, comme par exemple avec Air France. Petite anecdote : le sommelier connecté a même attiré des distributeurs mexicains, désireux d’acheter son innovation pour servir… de la tequila !

"Beaucoup de demandes" pour le jardin d’intérieur de Natufia


Moona : l’oreiller intelligent, lauréat de la compétition Lifestyle and Digital Health

Chez Moona, la jeune pousse à l’origine d’un oreiller qui cherche à améliorer la qualité du sommeil par la température du corps, l’enthousiasme est tout aussi évident. « Il y a plein d’énergie. C’est une très belle expérience pour l’équipe », relève Coline Juin, la patronne de la toute jeune start-up dont c’est la première participation au CES. Les retombées s’annoncent positives : « Il y a beaucoup de distributeurs et d'acheteurs potentiels qui sont intéressés par le produit », poursuit-elle. Et le stand a attiré du monde : « Cela n’a pas arrêté ! », dit-elle. Peut-être est-ce dû au lit qui a été installé pour l’occasion afin de permettre aux visiteurs de tester l’oreiller connecté en direct… Surtout, la start-up parisienne a gagné la compétition de pitch Lifestyle and Digital Health, organisée par l’accélérateur Techstars. « L’équipe est particulièrement contente, c’est très motivant », se réjouit l’entrepreneure.

Saagie : à la recherche de "networking"


Sensorwake : l’endormissement olfactif sur la chaîne NBC

Démarrage en grand pompe pour Sensorwake qui, après le succès de son réveil olfactif, présenté au CES l’an dernier, exposait sa dernière innovation, un système à capsules qui vise à faciliter l’endormissement et à améliorer le sommeil grâce au parfum. Déjà, en amont du salon, la jeune pousse nantaise avait été l’une des lauréates du prix CES Innovation Awards. Guillaume Rolland, jeune patron de la start-up, est, en plus, ravi de la couverture médiatique : son produit a été présenté dans le cadre du Today’ Show, une émission phare diffusée sur la chaîne de télévision NBC. « C’est la matinale la plus importante aux États-Unis. Et c’était le Saint-Graal pour nous ! », s'exclame-t-il. Autre événement marquant pour l’équipe de Sensorwake : la visite d’une délégation du groupe fabricant de parfums et d’arômes Givaudan, partenaire stratégique. « Cela a été un moment fort à partager, pour leur montrer le terrain et leur faire rencontrer nos partenaires et nos distributeurs. Un moment vraiment privilégié », conclut, satisfait, le jeune inventeur.

Joy : la montre connectée pour enfant séduit les distributeurs


Fenotek : premières pré-commandes pour l’interphone connecté

Objectif atteint aussi pour la start-up aixoise, créatrice d’un interphone vidéo sur smartphone : « Nous avons pris plusieurs bons contacts de sociétés qui auraient les capacités de distribuer nos produits à l’étranger, aux États-Unis comme en Europe », indique ainsi le Pdg, Bruno Davoine. La jeune pousse s’apprête à commercialiser son produit à partir du mois de mars. Et sur les deux premiers jours du salon, elle a déjà enregistré quelques pré-commandes via son site Internet, confie Bruno Davoine. En plein petit-déjeuner dans une maison louée pour l’occasion ; l’entrepreneur anticipait, à la veille du weekend, une affluence encore plus forte au salon - et était bien décidé à en profiter : « Nous allons essayer de qualifier et de cibler les prospects qui passent sur le stand », assurait-il. Avant cela, le petit-déjeuner est aussi l'occasion d'un débriefing des activités de la veille et d'un brief pour la journée qui commence… avant de rejoindre la salle d’exposition. Ce qui, compte tenu des embouteillages que vit Las Vegas à l’heure de cette 50e édition du CES, relève du parcours du combattant !

PARTAGEZ CE DOSSIER