L'Afrique, un marché à conquérir

L’Afrique, c’est maintenant !

Quelles sont les opportunités sur le continent africain pour les entrepreneurs français ? Réponse en vidéo avec l'atelier "L'Afrique c'est maintenant" de Bpifrance Inno Génération. 


Echo 2 -  L’Afrique,c’est maintenant (en... par Bpifrance Inno Generation

Continent en pleine croissance, l’Afrique offre des grandes opportunités pour les entreprises françaises. Tourisme, IT, énergie verte, agroalimentaire : les secteurs porteurs sont nombreux dans une zone en mutation qui offre désormais plus de garanties aux investisseurs.

Afrique

« Pour Bpifrance, l’Afrique est une zone géographique prioritaire pour l’implantation des entreprises françaises », lance d’emblée Isabelle Bébéar, directrice de l’international et de l’université chez Bpifrance. Le marché africain est soutenu par l’émergence d’une classe moyenne et une croissance au rendez-vous. « 24 pays africains auront un taux de croissance annuelle au-dessus de 5 % pour la période de 2013 à 2020 », analyse Stéphane Colin, directeur du bureau de Paris d’Africinvest, un gestionnaire de fonds de capital investissement panafricain. « En Afrique, les secteurs porteurs sont les IT, l’agro-industrie ou encore le tourisme », décrypte Julien Lefilleur, responsable de la division Entreprise de Proparco, qui intervient en faveur du développement dans les pays du Sud. Pour s’implanter en Afrique, il faut d’abord se débarrasser de ses préjugés. « Venez en Afrique en comprenant la culture, les gens, n’ayez pas d’idées préconçues. Venez en Afrique et trouvez des partenaires. L’Afrique est le futur où il faut être », plaide Chris Kirubi, l’homme d’affaires kenyan qui a bâti des pans entiers de l’économie de l’Afrique de l’Est (agriculture, social, énergie verte) à la tête du conglomérat Centum Group.

Trouver des partenaires locaux

Afrique et téléphone portable

« L’Afrique est le deuxième marché mondial du mobile devant l’Asie et l’Europe. Le taux d’équipement explose », souligne Sérigne Barro, Pdg de People Input, une agence digitale qui opère en Afrique francophone. « En Afrique, quand vous allez sur Internet, c’est via par votre mobile. 95 % des connexions sur Internet en Côte d’Ivoire ou au Sénégal se font par ce biais », poursuit Ludovic Bostral, cofondateur de la start-up Afrostream, un service de VOD spécialisé dans les films et séries afro-américains, afro-caribéens et africains. « Le taux de bancarisation reste faible sur le continent, mais l’Afrique est très avancée dans le domaine du paiement sur mobile avec des technologies créées sur place et qui reviennent aujourd’hui en Europe », confirme Julien Lefilleur. Pour s’implanter en Afrique, « il faut être local, conseille Stéphane Colin, et trouver des partenaires locaux. L’Afrique est une somme de pays et de sensibilités. C’est difficile de s’y déployer. » Certains secteurs sont en plein développement sur le continent, comme le traitement des déchets mais aussi l’énergie ou l’accès à l’eau. « 600 millions de personnes n’ont pas accès à l’électricité », explique Marc Immerman, qui dirige Lereko Metier, un fonds de financements durables basé en Afrique du Sud.

Fiscalité attractive

« Il y a de grandes opportunités dans ce secteur. Depuis quelques années, il y a un virage politique sur cette question en raison des coupures d’électricité qui affectent les usines », explique Catherine Jatteau, directrice générale déléguée d’Egis structures environnement, une société d’ingénierie dans les domaines de l’environnement, de la géotechnique et du traitement des déchets. Les opportunités ne manquent pas en Afrique d’autant que le contexte réglementaire évolue favorablement et que la transparence progresse. Pour les entreprises françaises, le Maghreb constitue un marché naturel. « En Tunisie, la main-d’œuvre est qualifiée et la fiscalité est intéressante. Les investisseurs disposent de beaucoup d’avantages », suggère Aziz Zouhir, président de la Sotupa, leader sur le marché des produits d’hygiène jetables et pharmaceutiques en Tunisie. Pour l’Algérien Slim Othmani, président de NCA Rouiba, une société agroalimentaire algérienne, « investir en Afrique, c’est une responsabilité qui engage le futur de l’Europe ». Avant de conclure : « Nous sommes votre avenir énergétique ».

Les intervenants : 

Isabelle Bébéar, directrice de l’international et de l’Université Bpifrance
Arnaud Le Gal, rédacteur en chef Les Echos
Chris Kirubi, président Centum Group (Kenya) 
Stéphane Colin, directeur du bureau de Paris Africinvest 
Slim Othmani, président, NCA Rouiba (Algerie)
Catherine Jatteau, directeur général délégué Egis structures environnement 
Sérigne Barro, Pdg People Input (Sénégal)
Ludovic Bostral, cofondateur et CTO Afrostream 
Aziz Zouhir, Sotupa Groupe (Tunisie)
Marc Immerman, principal, Lereko Metier (Afrique du Sud)
Julien Lefilleur, responsable de la division Entreprise chez Proparco

PARTAGEZ CE DOSSIER