La Chine : terre d'opportunités

Boostez votre potentiel commercial en Chine grâce au digital et au e-commerce

Pierre Landrac, représentant Bpifrance en Chine, vous explique comment booster votre potentiel commercial sur le marché chinois grâce à Internet !

Internet est un sujet à la fois incontournable et sensible en Chine. La Chine continentale est « protégée » par le Great Firewall, grande muraille digitale qui permet aux autorités de Pékin de filtrer le contenu accessible à la population (pas de Facebook, Twitter ou Youtube en Chine) tout en offrant aux entrepreneurs locaux un marché captif colossal de 1,3 milliard de clients potentiels sur lequel des géants chinois ont bâti leur prospérité : Alibaba bien sûr, avec ses plateformes d’e-commerce telles que Taobao.com (C2C) et TMall.com (B2C), mais aussi Baidu (le « Google chinois ») ou encore Tencent (dont l’application phare, Wechat, inspirée de Whatsapp, compte plus de 500 millions d’utilisateurs en Chine).

Un des éléments clés à prendre en compte en Chine est que les réseaux physiques, et en particulier les réseaux de distribution, sont encore loin d’être aussi développés qu’en Occident. Ainsi, l’e-commerce chinois représente déjà plus de 10 % des ventes globales en Chine, contre moins de 5 % en France. Dans de très nombreuses villes provinciales chinoises, l’offre commerciale physique est encore très limitée, alors qu’un simple smartphone permet d’avoir accès à un choix quasi-illimité de produits, livrés en un temps record (souvent le lendemain de la commande dans les villes côtières) à un prix imbattable. L’impact du e-commerce est tel en Chine que de nombreux centres commerciaux, pour faire face au « showrooming » des visiteurs (qui viennent voir/essayer le produit avant de l’acheter en ligne), reconvertissent des surfaces de magasins en restaurants ou activités de loisirs.

Se positionner sur internet, et notamment via le e-commerce, n’est plus seulement une option stratégique, mais devient une vraie nécessité. La classe moyenne chinoise est particulièrement avide de nouvelles marques, de nouveaux produits, et d’informations sur ceux-ci ; c’est sur internet que la majorité des chinois se renseignent sur des produits de toute manière introuvables au centre commercial le plus proche. Une stratégie digitale est tout aussi importante en B2B : nombre d’entreprises chinoises utilisent internet de manière intensive pour s’informer sur de nouveaux équipements et fournisseurs potentiels.

Investir dans le marketing digital et le e-commerce en Chine est donc particulièrement intéressant pour les entreprises françaises, que ce soit pour générer des leads commerciaux pour des appareils de mesure scientifique couteux ou pour vendre des savons parfumés aux nouveaux membres de la classe moyenne chinoise. Mais cette démarche doit se faire en tenant compte des spécificités de l’internet chinois. Un internaute Chinois ne « surfe » pas de la même manière qu’un Français, préférant par exemple consulter des sites qui peuvent nous paraître comme surchargés mais qui lui permettront de trouver toutes les informations qu’il souhaite en quelques clics à partir de la page d’accueil. Le digital implique de gros volumes de création graphique en Chine.

Etre accompagné par une agence de marketing digital compétente et habituée des goûts chinois en la matière est donc nécessaire. Il est d’ailleurs bon de noter que, si une présence pertinente en ligne est un atout considérable en Chine, permettant de « sauter des étapes de développement » pour toucher rapidement et efficacement un vivier de clients potentiels très large. Cette opération ne peut se faire à moindres coûts ; acheter un mot-clé sur Baidu.com est bien souvent plus cher que sur Google.fr.

Les particularités de l’internet chinois, notamment du point de vue réglementaire et technique (les sites internet hébergés hors de Chine continentale, et donc en dehors du Great Firewall, voient leur débit automatiquement réduit en Chine), et de ses usages (les e-shoppers chinois boudent par exemple les boutiques en ligne des marques et utilisent quasi-exclusivement les places de marché telles que TMall.com) nécessitent donc une vraie stratégie, adaptée aux contraintes et exigences locales, conseillée par des experts en la matière. Mais une fois l’engagement pris pour partir à la conquête de la Chine grâce au digital, les perspectives sont fabuleuses pour les entreprises françaises, la nouvelle classe moyenne chinoise ayant un goût de plus en plus développé pour les marques plus confidentielles et un attrait fort pour les produits Made in France.

PARTAGEZ CE DOSSIER