Le Smart Building

À Lille, des fondations pour bâtir l’avenir des constructions intelligentes

Professionnels du bâtiment, énergéticiens, intégrateurs et start-uppers : le Smart Building Day a réuni tous les acteurs de la nouvelle filière le 19 octobre dernier.

Un bâtiment centenaire pour accueillir le Smart Building Day et discuter des dernières tendances numériques ? Oui, si c'est celui d'EuraTechnologies, à Lille, une ancienne friche de l’industrie textile, devenue l’un des plus grands pôles d’accompagnement de l’entrepreneuriat numérique en Europe ! Dès l'ouverture de la conférence, Pierre Tardy, chargé de développement au sein du cluster Habitat & Bâtiment Intelligents d’INOTEP (le Pôle d'excellence BTP de la Région Nord-Pas-de-Calais), a donné le ton. Il s'agit aussi de parler affaires lors de cette conférence. « Nous espérons vous donner envie de développer vos projets et vous aider à trouver des partenaires », a-t-il déclaré.

Vente d'un service intelligent

smart city

Promoteurs, intégrateurs, énergéticiens, fondateurs de start-up et futurs acteurs de la filière : tous les profils étaient représentés dans la centaine de participants. Sur scène, deux évidences ont vite émergé. D'une part, à l'avenir, « de la vente de produits, la monétisation évoluera vers la vente d’un service intelligent. » Et de l'autre, « un bâtiment ne sera plus un centre de coût mais un centre de profit », comme l'a affirmé Emmanuel François, le président de l’association française de promotion du bâtiment intelligent, la Smart Building Alliance.

« Le numérique a un impact sur tous les aspects de l’industrie du bâtiment. » Emmanuel François

A l'image du Edge, à Amsterdam, considéré comme le plus « smart »1 du monde, le « smart building »2, bardé de capteurs connectés et communicants, permet d’optimiser la consommation des ressources énergétiques et de favoriser le confort et la sécurité des usagers. Et « le numérique a un impact sur tous les aspects de l’industrie du bâtiment, que ce soit l’architecture, les infrastructures, les équipements, les technologies, les normes ou encore les services », ajoute Emmanuel François. Ainsi, les métiers de la domotique vont eux aussi évoluer, grâce en particulier à une personnalisation des services, qui interviendra aussi bien pour la gestion des pannes, le paiement des loyers et le ménage que les aides au maintien à domicile. « Au quotidien, nous ne serons plus dans une domotique de pilotage mais dans une domotique sensible », déclare même François-Xavier Jeuland, le président de la Fédération française de domotique.

Optimisation budgétaire

Si certains participants au Smart Building Day n’ont pas une application aussi pratique en tête, tous sont curieux de l'avenir... déjà présent, à l’image de l'expérience menée par la mairie d’Aulnoye-Aymeries, petite commune du Nord d’environ 8 800 habitants. « Depuis 2011, nous avons progressivement posé des capteurs, dont des caméras de vidéosurveillance, et déroulé de la fibre optique afin de connecter entre eux plusieurs bâtiments : la mairie, la médiathèque, l’école, la piscine, le centre social. Cela nous permet de récupérer des informations sur ces bâtiments (déclenchement d’une alarme, niveau des compteurs d’eau et d’électricité, surveillance en cours…) et d’ainsi piloter le chauffage, détecter des surconsommations ou des fuites », relate ainsi Yannick Hennebert, directeur du service informatique de la commune. Et le résultat est impressionnant : jusqu’à 60 % du budget est économisé !

Reste une interrogation, celle de l'actuelle maturité du marché. François-Xavier Jeuland, de la Fédération française de domotique, a quelques doutes... « Certaines des entreprises qui pourraient agir dans le secteur voient encore le smart home comme quelque chose d'assez lointain », déplore-t-il. Il mise sur la pédagogie - et des conférences comme le Smart Building Day - pour qu'elles affinent leur stratégie et se dotent des capacités nécessaires pour devenir actrices de la filière. Et si elles ont raté l’événement de Lille, elles pourront se rattraper, avec le salon Intelligent Buildings Systems (IBS), marrainé par Axelle Lemaire, la secrétaire d'État chargée du Numérique et de l'Innovation et organisé les 8 et 9 novembre prochain à Paris.

1 - intelligent
2 - bâtiment intelligent

PARTAGEZ CE DOSSIER