Le Smart Building

EffiPilot, un logiciel pour faire baisser la facture d’énergie

La start-up lilloise EffiPilot a mis au point un outil de gestion des bâtiments professionnels dont l’objectif est d’en minimiser la consommation d’énergie. Elle prépare sa deuxième levée de fonds.

Les bâtiments de demain seront « intelligents », et pour cela, ils seront « communicants ». Telle est la certitude sur laquelle EffiPilot a bâti son business. Cette start-up lilloise, fondée en 2011, commercialise un service de gestion et d’optimisation de la consommation énergétique des ensembles de bâtiments tertiaires (bureaux, magasins,...). Autrement dit, ce logiciel, accessible en ligne via une adresse URL, permet aux gestionnaires de biens d’automatiser l’adaptation de la consommation en fonction du prix de l’énergie, de la météo, etc. « Nous promettons à nos clients une économie moyenne minimale de 20 % du budget annuel », annonce Camille Thiriez, le directeur général de la start-up.

Économiser 40 000 euros chaque année

La start-up travaille sur des bâtiments déjà construits. « Nous sommes en train de travailler sur l’optimisation de la consommation énergétique des bâtiments d’EuraTechnologies, un édifice vieux de 100 ans mais rénové en 2007. Objectif : 40 000 euros économisés par an », poursuit Camille Thiriez. C’est en 2009 qu’a germé dans son esprit l’idée d’un outil d’aide à l’exploitation des bâtiments. « J’étais en stage dans un bureau d’études en Belgique. J’ai trouvé qu’il y avait décalage entre l’utilisation de nombreux outils technologiques lors de la conception d’un édifice, et leur non-utilisation lors de son exploitation. »

Il discute alors de ce constat et monte un projet avec des amis ayant suivi d’autres formations supérieures : Clément Raffin et Cyril Dubus. À eux trois, ils réunissent des compétences complémentaires : le génie civil et l’informatique. Ajoutez à cela un goût pour la préservation de l’environnement grâce aux économies d’énergies et la start-up était lancée ! Elle s’appellera d’abord Effigénie, puis EffiPilot.

L’équipe compte aujourd’hui 11 personnes. EffiPilot démarche principalement de grands groupes ayant des directions immobilières. La société vend ainsi ses services à Castorama, Décathlon et BNP-Paribas Real Estate, notamment. « Nous ne sommes pas encore rentables. Nous vivons sur les fonds levés », concède toutefois Camille Thiriez. La start-up a bouclé un premier tour de table de 750 000 euros en 2014 auprès des fonds d’investissement Nord France Amorçage et Noria. Une deuxième levée de fonds est en cours, pour un montant d’un million d’euros. Objectif : communiquer, participer à des salons et élargir l’équipe commerciale, composée à ce jour de trois personnes.

Un environnement complexe

« Deux éléments freinent notre développement. D’une part, la lenteur de la prise de décision dans le milieu du bâtiment. D’autre part, nous devons appréhender un environnement compliqué composé de locataires, de prestataires de services, d’investisseurs, de gestionnaires de biens. Or même en apportant de la valeur ajoutée, il est parfois difficile de faire comprendre à tous qui va payer pour des économies dont tous bénéficient », note le jeune entrepreneur. La start-up propose un service nouveau sur le marché et doit faire preuve de pédagogie. « Le marché n’est pas vraiment mature. Pour l’instant, nos clients sont des early adopters », estime Camille Thiriez. Pour faire décoller son activité, l’équipe n’est toutefois pas seule. Installée dans les locaux d’EuraTechnologies à Lille, elle bénéficie d’un accompagnement privilégié. « Nous sommes dans un super-écosystème. Nous participons à de nombreux événements et le concept du lieu est innovant, en cohérence avec notre projet », positive l’entrepreneur.

(légende photo : Clément Raffin (directeur produit), Cyril Dubus (directeur technique), Jean-Thibaut Gay (CEO) et Camille Thiriez (directeur général), crédit :©EffiPilot)

PARTAGEZ CE DOSSIER