Le tour du monde de l'étiquette des affaires

Le tour du monde de l’étiquette des affaires : 2e étape

Différentes cultures, différentes manières… pour réussir vos négociations dans une économie mondialisée, mieux vaut tenir compte des usages dans le pays de vos interlocuteurs. Bpifrance vous livre les clés pour comprendre le comportement de vos partenaires étrangers. Pour cette nouvelle étape, nous entamons un voyage en Europe : Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Luxembourg et Autriche.

Allemagne : planification et ponctualité

Allemagne

Respecter scrupuleusement les horaires, les priorités, le protocole et les délais à la seconde près est un must lorsqu’il s’agit de faire des affaires avec les Allemands. Ces derniers sont en effet connus pour être rigoureux, sérieux et méthodiques, appréciant peu les surprises. La communication ? Elle est formelle et directe : l’humour et les sous-entendus trouvent difficilement leur place dans les affaires outre-Rhin. Tout comme les réunions et les repas qui s’éternisent… Autre spécificité, il convient de respecter les titres universitaires et la hiérarchie.

Belgique : rien que le compromis

Belgique

Dans cet Etat fédéral, composé de trois communautés linguistiques - flamande, francophone et germanophone -, difficile de dresser un aperçu général des attitudes et usages, tellement les différences entre les Flamands et les Wallons sont nombreuses. Mais les deux populations, peut-être justement en raison de cette complexité politique, apprécient le compromis et l’approche consensuelle. Attention donc aux attitudes arrogantes, inflexibles et de confrontation, mieux vaut cultiver une vertu : l’humilité.

Pays-Bas : franchise et consensus

Pays Bas

Pays d’une longue tradition de commerce international, les Pays-Bas sont aussi celui des valeurs d’égalitarisme et de tolérance. Tout le monde a le droit d'exprimer son opinion, c’est pourquoi les réunions peuvent donner lieu à de longs débats. Si les négociateurs néerlandais sont particulièrement francs et directs, ils cherchent aussi systématiquement le consensus et les bénéfices mutuels. Sobriété et modestie sont de mise : une attitude suffisante risquerait de les agacer. Autre point important, la ponctualité. Elle est de règle, sous peine d’être jugé comme peu fiable.

Suisse : si proche, si loin

suisse

Géographiquement très proche, la Suisse n’est pas pour autant un terrain conquis d'avance : les différences de mentalité ne sont pas à négliger. Dans ce pays multilingue – quatre langues officielles – fort d’une grande diversité culturelle, la recherche du consensus, la franchise, la fiabilité, la discrétion, la réserve et le respect de la vie privée sont de mise. Surtout, ne soyez jamais en retard et honorez vos engagements ! Enfin, respectez les silences : ils représentent un temps de réflexion.

Luxembourg : champion des langues

Luxembourg

Officiellement trilingue – le luxembourgeois, le français et l’allemand – ce petit pays d’un peu plus d’un demi-million d’habitants, dont de nombreux étrangers et frontaliers, est en fait un véritable carrefour linguistique. La langue parlée diffère selon le contexte et la zone géographique. Le français est souvent parlé dans les entreprises, mais l’anglais est également important dans les affaires. Les manières ? La ponctualité, la politesse, la réserve, la diplomatie et le respect de la hiérarchie sont essentiels. Tout comme la séparation de la vie privée de la sphère professionnelle.

Autriche : les bonnes manières

Autriche

Plutôt trop de formalisme que pas assez : c’est, en résumé, l'impératif à respecter dans les relations d’affaires avec les Autrichiens. Ceux-ci sont en effet très attachés aux bonnes manières et au protocole. Dans cette société, le rang reste très important, on se vouvoie, on ne s’appelle pas par le prénom et on s’adresse à un interlocuteur avec son titre (Doktor, Magister, Diplomingenieur, etc.). De même, l’apparence et la première impression comptent dans les affaires. Sans oublier la ponctualité, le consensus et l’importance du réseau.

PARTAGEZ CE DOSSIER