Le tour du monde de l'étiquette des affaires

Le tour du monde de l’étiquette des affaires : 3e étape

Différentes cultures, différentes manières… pour réussir vos négociations dans une économie mondialisée, mieux vaut tenir compte des usages dans le pays de vos interlocuteurs. Bpifrance vous livre les clés pour comprendre le comportement de vos partenaires étrangers. Pour cette troisième étape, un détour par l’Europe centrale et orientale : Hongrie, Slovénie, République tchèque, Slovaquie et Pologne.

Hongrie : fierté et passion

Hongrie

Pour construire une relation d’affaires en Hongrie, il faut déjà commencer par travailler la relation personnelle, essentielle à la confiance, ce qui passe entre autres par des repas au restaurant. Si, au premier rendez-vous, les Hongrois se montrent réservés, une fois la glace brisée, on découvre des interlocuteurs passionnés et directs plus que diplomates, appréciant parfois le marchandage. La poignée de main et les rencontres face-à-face sont importantes dans la communication. Petit conseil, offrez leur autre chose que le vin, les Hongrois étant très fiers du leur.

Slovénie : la petite « Suisse des Balkans »

Slovénie

Les habitants de ce petit pays alpin exportateur sont souvent comparés aux Allemands et aux Autrichiens en raison de leur réputation de fiabilité, de sérieux, de rigueur et de respect des procédures. Surtout, ils sont connus pour un très bon niveau de qualification. L’utilisation des titres universitaires y revêt d’ailleurs une importance particulière. Ponctuels et polis, ils n’apprécient pas les conflits et communiquent de manière directe, sans ambiguïtés. Enfin, il est déconseillé de les froisser en les situant dans les Balkans : ils se considèrent comme pays d’Europe centrale.

République tchèque : l’importance de l’étiquette

République Tchèque

« Dobry den » (ndrl : bonjour), poignée de main ferme, utilisation du titre, tenue propre et soignée, ponctualité… sont autant d’éléments préconisés pour aborder les Tchèques, réputés pour leur courtoisie. Décrits parfois comme prudents, voire méfiants au départ, les hommes d’affaires tchèques sont souvent cités pour leur calme, leur réserve et leur appréciation du détail et de la planification. Pas toujours faciles à « lire », ils préfèrent une communication indirecte à la confrontation. Enfin, l’une des spécificités de la culture tchèque est son humour un peu noir.

Slovaquie : la courtoisie, un impératif

Slovaquie

Politesse, protocole, respect des horaires et de la hiérarchie… comme souvent en Europe centrale, la courtoisie est de rigueur dans les relations professionnelles. Il convient d’ailleurs d’utiliser les titres professionnels et universitaires en s’adressant aux partenaires slovaques ainsi que de s’abstenir de les appeler par leur prénom, car cela pourrait être pris pour un manque de respect. Ce formalisme initial, accompagné de diplomatie, peut évoluer par la suite vers une communication plus directe.

Pologne : franchise et fierté

Pologne

« Dzien dobry » (ndrl : bonjour) ! Les habitants de ce « tigre » européen appréciant l’intérêt pour leur pays, il peut être bien vu de les saluer en leur langue et de serrer la main de tous les interlocuteurs, contact visuel à l’appui. Les réunions étant pour les professionnels polonais une affaire formelle, le sérieux, le vouvoiement et le protocole, voire la galanterie, sont de mise. Bien préparés, ils sont aussi très directs, émotionnels, aiment avoir raison et apprécient la confrontation ainsi qu’une prise de décision rapide.

PARTAGEZ CE DOSSIER