Les "Business Inspirations" de Victor Augais

Business inspiration : Maker Movement ou Garbage Disposer ?

Victor Augais
Les voyages forment le business. Parti en famille, pendant un an, s’inspirer d’idées innovantes avant de créer sa prochaine entreprise, l’entrepreneur globe-trotteur Victor Augais nous le prouve régulièrement. Toujours à San Francisco, il décrypte dans un second billet, une tendance et un objet indispensable à la vie quotidienne des Américains.

Je n’ai jamais autant bossé que depuis que je suis en année sabbatique ! Fini le confort du dirigeant de PME qui peut demander des analyses à ses collaborateurs, ou faire appeler le support technique pour réparer l’imprimante… Heureusement, les gens à San Francisco sont extrêmement réactifs et accueillants quand on leur demande un rendez-vous. C’est dans la culture locale ! A partir du moment où l’on respecte certaines règles, comme celle d’aller droit au but, les gens sont en général disponibles. Je navigue donc sur un rythme de 2 entretiens par jour. Problème : à chaque nouvelle idée, il faut analyser, faire des recherches sur internet, un début de business plan sur Excel… J’avais commencé par m’intéresser à la question de la mobilité, avec le concept de gestion des actifs que constituent les véhicules. Mais après analyse et contacts d’experts en France… je vais laisser tomber ! 1 idée au panier, 1 ! Mais depuis j’en ai eu d’autres !

Tendance : le « Maker Movement »

La première est liée à la tendance du « Maker Movement » à San Francisco dans laquelle les gens cherchent de plus en plus à fabriquer des choses par eux-mêmes. Des fabs labs fleurissent ici, proposant à un public averti d’utiliser des logiciels et machines, souvent coûteuses, pour fabriquer des objets uniques. Mais même si je pense qu’il y a des opportunités à saisir autour de ce mouvement, je ne me vois pas trop ouvrir des fablabs peuplés de machines auxquelles je ne comprendrai rien…

Peinture sur poterie

Cependant, cette tendance peut prendre beaucoup d’autres formes : des abonnements à des box technologiques pour enfants et adultes, des machines de fabrication de produits de consommation personnalisés, comme le home-brewing pour la bière - les particuliers peuvent s’équiper de micro-brasseries et brasser leur propre bière! Ou encore cette activité que je n’ai jamais vu en France : un atelier de peinture sur poteries non-finies. Les poteries sont cuites une première fois, et vendues blanches, et on s’installe sur place pour les peindre comme on veut. Elles sont ensuite recuites, et on repart avec son modèle personnalisé en couleur. Nous avons testé en famille et avons passé un très bon moment. Comme j’ai une petite expérience de ce genre d’activités, je crois que je vais creuser l’idée. Le leader US, Color Me Mine, a 140 franchisés quand même…

Garbage Disposer, kezako ?

Garbage disposer

Et pour terminer la semaine, je vais porter plainte contre l’absence de Garbage Disposer en France. On en trouve partout aux US, et nulle part en France. 

What ? There’s no Garbage Disposers in France ? 

C’est un broyeur qu’on installe sous l’évier, et qui fait de la soupe avec les déchets organiques, et les évacue ensuite par la canalisation d’eaux usées. Finis les samedi matins passés à jouer au plombier pour déboucher l’évier en démontant cette foutue canalisation. Ils en ont tous ici, pourquoi pas nous ? Il doit y avoir une bonne raison parce que je peux passer une heure à discuter avec un Américain des meilleures idées de business de la Terre, ce qui le fascinera le plus restera : « What ? There’s no Garbage Disposers in France ? »1

Retrouvez l’intégralité de ce billet sur le blog de Victor Augais et rendez-vous prochainement pour découvrir sa prochaine "business inspiration" !

1- "Quoi ? Il n'y a pas de broyeurs intégrés aux éviers en France ?"

PARTAGEZ CE DOSSIER