Les chiffres du jeudi

Août 2017

Retrouvez les "chiffres du jeudi" publiés en août 2017.

940 000

940 000, c’est le nombre de personnes travaillant dans la filière numérique française.

D’après une étude co-écrite par France Stratégie et le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications), l’économie numérique au sens large représente environ 3 % du total des emplois en France. Il s’agit d’une valeur proche de l’Allemagne ou du Canada, mais inférieure à celles des États-Unis, du Royaume-Uni ou de la Corée du Sud.

Les prévisions font état d’une croissance des emplois (1,8 % par an d’ici 2020), en particulier chez les ingénieurs et cadres de l’informatique en raison des innovations du secteur : big data, robotique, design, cybersécurité

L’emploi non salarié (micro-entrepreneurs et start-ups) contribue très largement depuis une dizaine d’années à la croissance des effectifs numériques et devraient continuer sur leur lancée.

Source : Vision prospective partagée des emplois et des compétences – La filière numérique de France Stratégie et du Céreq via  Archimag le 17/07/2017.

7,7

7,7, c’est la somme en milliards de dollars que les start-up de la tech européenne sont parvenues à lever au premier semestre 2017.

D’après l’étude de Clipperton, il s’agit d’un record absolu après une légère baisse des levées de fonds. Le précédent pic, au premier semestre 2015, avait atteint 7 Md$.

Une des raisons de cette hausse est l’accroissement du nombre de méga-deals (plus de 100 M$), qui représentent ce semestre 27,2 % des levées de fonds des startups européennes. Parallèlement, les levées inférieures à 1 M$ ont augmenté de plus de 84 % en un an.

Si les plus grosses levées de fonds proviennent d’Angleterre et d’Allemagne, la France n’est pas en reste puisqu’elle cumul le plus de financement tech en volume, et l’investissement dans les startups y affiche une croissance de 28 %.

Source : European Innovation Financing S1-2017 par Clipperton via  Les Echos le 31/07/2017.

8

Sur 10 dirigeants de petites et microentreprises en France, 8 se sentent plus énergiques après une période de vacances.

D’après l’étude de Vistaprint, 7 entrepreneurs sur 10 se disent plus créatifs, plus détendus et plus productifs, et 6 sur 10 plus patients avec leurs collaborateurs.

Alors que 60 % d’entre eux trouvent leur activité épuisante et 50 % disent travailler trop, les entrepreneurs français ne prendront en moyenne que 9,6 jours de congés cette année, contre 15 jours recommandés par les professionnels de santé, voire 12 % ne partiront pas en vacances. En cause, le stress, la crainte de problèmes d’organisation ou le sentiment de culpabilité.

Ces chiffres varient en fonction de l’âge et de la région : les chefs d’entreprise de plus de 55 ans et/ou installés hors d’Île-de-France ont tendance à prendre plus de congés que les plus jeunes et ceux exerçant en région parisienne.

Source : Étude : les entrepreneurs, à bout de souffle cet été ? par Vistaprint via Le Figaro le 05/08/2017.

3,1

C’est le montant, en milliards d’euros, des retombées économiques générées par les gares françaises en 2016.

D’après l’étude de Gares & Connexions, ce chiffre représente une augmentation de 200 M€ par rapport à 2014. La contribution sociale des gares est également en hausse, avec 39 300 emplois directs et indirects en 2016, soit 2 800 emplois créés en deux ans.

Cette évolution est principalement due à la transformation des gares en centres commerciaux dynamiques : le commerce en gare compte pour 37 % de ces retombées (1,16 Md€). La majorité de cette somme (60 %) est à mettre au crédit des 35 plus grandes gares d’un réseau qui en compte 3 000 au total.

Source Etude des impacts socio-économiques des gares par Gares & Connexions via Les Echos le 10/08/2017.

88%

C’est la part des décideurs de la distribution, qui considèrent que le marketing basé sur l’intelligence artificielle va réinventer leur industrie.

86 % des répondants estiment que l’IA va rendre les équipes marketing plus efficaces et plus agiles, notamment en automatisant les workflows, voire en réinventant la façon de travailler des marketeurs. Pour 54 %, l’AI Marketing devrait aussi permettre de personnaliser le parcours client en comprenant mieux leurs comportements

Néanmoins, 70 % estiment que leurs équipes ne possèdent pas encore les compétences techniques nécessaires à cette révolution, ce qui explique sans doute que 78 % d’entre eux pensent que leurs dépenses dans le domaine vont augmenter dans les douze prochains mois. 

Cette étude a été réalisée pour le compte d’Emarsys par Forrester Consulting auprès de 717 grandes entreprises(plus de 50 M$ de chiffre d’affaires) de la distribution physique ou en ligne, situées aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et en Australie.

Source Revolutionizing the marketer’s role through data science par Emarsysvia ITR News le 21/08/2017.

A propos du chiffre du jeudi

Le chiffre du jeudi, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, ce chiffre présente une donnée marquante en lien avec l’écosystème et les missions de Bpifrance. 
Il porte sur des thèmes liés à l'entreprise, le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

PARTAGEZ CE DOSSIER