Mettez l'ASEAN dans votre Business Plan !

L'Asean, pour mettre un tigre dans le moteur des PME françaises

La région offre des perspectives alléchantes, aussi bien en termes de consommation de biens courants que de production et de commerce régional. Les sociétés françaises sont à l'affût.

Cette partie du monde, qui compte 620 millions d'habitants, regorge d'opportunités pour les petites et moyennes sociétés françaises, de même que pour les grands groupes, évidemment. Regroupés au sein de l'Asean (pour Association of Southeast Asian Nations)1, fondée en 1967, ces pays, dix au total, particulièrement dynamiques, puisque les Tigres asiatiques (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Vietnam, Philippines) en font partie, offrent d'alléchantes perspectives aussi bien en termes de consommation de biens courants que de commerce régional et de production manufacturière. Si l'Asean n'était qu'un seul pays, ce serait la septième plus grande économie du monde, avec un PIB total de 2,4 000 milliards de dollars (en 2013). Selon les projections, l'Asean deviendra la 4e économie mondiale en 2050. Certes, les disparités sont encore nombreuses : l'Indonésie (260 millions d'habitants), qui représente 40 % du PIB total de la région, est membre du G20, tandis que le Myanmar émerge à peine de 50 ans de dictature. Et le PIB par tête à Singapour (plus de 55 000 dollars en 2013) est 30 fois plus élevé que celui du Laos, et 50 fois plus haut que celui du Cambodge. Mais déjà, 70 millions de foyers environ, dans toute l'Asean, font partie d'une classe qui dispose d'assez de moyens pour consommer. Un chiffre qui devrait quasiment doubler d'ici 2025, qui plus est. Le rattrapage, en tout cas, marche à plein régime. Il n'a fallu, par exemple, que 11 ans au Vietnam (entre 1995 et 2006) pour doubler son PIB par tête !

Une croissance estimée à plus de 5 % sur les cinq ans à venir

En outre, si les observateurs se souviennent de la crise asiatique de 1997, la région a fait preuve d'une remarquable « résilience » lors de la crise financière et économique mondiale de 2008, comme le souligne le cabinet McKinsey dans une étude (de mai 2014) et a enregistré une croissance forte et relativement stable depuis les années 2000. Sur les 20 dernières années, la croissance moyenne de la zone s'affiche à 5 % par an. Et selon les prévisions de l'OCDE, elle devrait se situer à 5,1 % sur la période 2017-2021, grâce en particulier aux bonnes performances des Philippines, du Vietnam, du Cambodge, du Laos et du Myanmar. Enfin, depuis 1990, près de 60 % de la croissance totale provient de gains de productivité, à mesure que des secteurs comme l'industrie manufacturière, les télécommunications ou les transports gagnent en efficacité.

Tous les secteurs [...] peuvent receler des occasions d'expansion pour les PME françaises.

A cette nouvelle efficacité s'ajoutent d'autres attraits, notamment en matière de coûts et de salaires. Certains pays se sont déjà spécialisés, comme le Vietnam, dans le textile et l’agroalimentaire, ou profitent de leurs atouts naturels, comme le pétrole pour la Malaisie. D'autres ont à offrir leur population, prête à consommer, et leur main d'oeuvre, souvent qualifiée. Et nombre de secteurs sont encore en émergence : la grande distribution en Thaïlande ou les services aux Philippines, par exemple. Enfin, tout est à construire, à moderniser et à équiper au Myanmar.

Bref, tous les secteurs, de la construction à l'énergie en passant par la santé, le numérique et même la mode, peuvent receler des occasions d'expansion pour les PME françaises, sans oublier les produits agroalimentaires et pharmaceutiques, la cosmétique et le luxe. En plus d'entreprises actives dans ces secteurs, d'autres, dans l’environnement, le transport, l’automobile et le maritime faisaient partie de la récente délégation du Medef2 sur place, de même que certaines opérant dans les télécom, l’aéronautique et le spatial, et enfin, la sécurité numérique.

Implantations dans la région

Déjà, quelque 1 600 entreprises françaises sont implantées dans la région, que ce soit sous la forme de bureaux de représentation, de filiales ou de succursales. En tête, bien sûr, les grands groupes, comme Total, Accor, Sanofi, Saint-Gobain… De même, en Indonésie, L’Oréal a inauguré, fin 2012, sa plus grande usine au monde, qui produit du maquillage et des shampoings vendus dans toute l'Asie du Sud Est. Et en 2015, la filiale de Bouygues Construction à Singapour (Dragages Singapour) a remporté un projet de construction d'un complexe résidentiel au Myanmar, au sein de la Star City, dans la banlieue de Yangon, la plus grande ville du pays.

ETI et petites entreprises ne sont pas en reste. Ainsi, aux Philippines, la mise en service d'une ferme hydrolienne, conçue par la PME quimpéroise Sabella, est prévue à l'été 2019, au terme d'un contrat signé en 2015. Situé dans le détroit de San Bernardino, l'installation devrait être la première ferme hydrolienne du pays, et même de toute la région. En Indonésie, une ETI, le Groupe Arelis (avec sa filiale Thomson Broadcast), déploie depuis la fin 2015 des émetteurs et des équipements pour accroître la couverture géographique du réseau de télévision, y compris dans les îles et les zones les plus reculées de l'archipel.

Au Vietnam, où un total de plus de 200 entreprises françaises, PME, ETI ou filiales de grands groupes, sont déjà installées, le poids lourd de l'alimentation animale, Evialis-InVivo, a créé dès 1997 une joint venture avec le ministère de l'Agriculture vietnamien pour développer une usine à Hanoï. Et en 2001, ce groupe français a repris une usine d'aliments proche de Hô Chi Minh-Ville. Depuis, il n'a cessé de croître, au Vietnam, en Indonésie, au Myanmar, aux Philippines, en Thaïlande et au Cambodge.

La Thaïlande est, elle, la terre d'élection de Bel Perfumes. La société, créée à Bangkok dans les années 2000, se fournit en fragrances venant de Grasse, bien entendu. Avec des noms comme Sexy me et des partenariats avec des vedettes locales, la société fait un tabac, et s'est déjà étendue dans d'autres marchés de la région, en Indonésie notamment.

Quant à Theraclion, une société spécialisée dans l’équipement médical de haute technologie utilisant les ultrasons thérapeutiques, elle a étendu sa présence commerciale en 2016 à Singapour et obtenu de nouvelles autorisations réglementaires en Thaïlande. Enfin, Atalian Holding, entreprise de nettoyage et de services, a acquis trois nouvelles sociétés, au Myanmar, au Cambodge et au Vietnam, en 2016.

Rayonner dans toute la région

D'autres sociétés, comme InfoVista, éditeur de solutions logicielles pour la gestion de la performance des réseaux, Awox, spécialiste des technologies et des objets connectés pour la maison intelligente, ou WinMedia, spécialisée dans les services d'automation pour les radios et les télévisions, se sont installées depuis déjà quelques années à Singapour. D'ailleurs, plus de 6 000 entreprises françaises exportent vers Singapour et plus de 600 y sont implantées. Autant d'indications que les affaires sont bonnes dans la région !

Singapour n'est souvent qu'une première étape : il s'agit pour les entreprises qui s'y implantent de profiter du positionnement de la cité-État, au point de vue géographique mais aussi comme hub pour les affaires (Singapour est ainsi classée deuxième, sur 190 pays, juste derrière la Nouvelle Zélande, au dernier palmarès Doing Business de la Banque mondiale, qui juge de la facilité à monter et gérer une affaire), en vue d'un déploiement plus large, notamment pour exporter dans toute la zone. D'autant que les échanges commerciaux dans la région et avec les pays de l'Union européenne vont être facilités, grâce à la mise en œuvre de traités de libre échange, déjà signés, comme celui entre le Vietnam et l'UE, et qui doit entrer en vigueur l'an prochain, ou d'autres, en cours d'élaboration, notamment au sein de l'Asean. De quoi stimuler un peu plus les activités, grâce à la diminution ou la suppression des barrières douanières et l'allègement des formalités administratives.

Pour en savoir plus sur les opportunités à saisir en Asean, retrouvez l'interview de Pierre Guitton, représentant Bpifrance dans la zone

1- Association des nations de l’Asie du Sud-Est

2- Le Medef a effectué une tournée, du 20 au 24 février 2017, en Asie du Sud Est (Indonésie, Malaisie et Singapour), accompagné d'une trentaine d'entreprises. Parmi elles, plus de la moitié étaient des PME.

 

PARTAGEZ CE DOSSIER