Comment un jeune Français de 14 ans a séduit le géant Google

Eliott Sarrey, un collégien de Meurthe-et-Moselle, a remporté le prix incubateur du concours international Google Science Fair, organisé au Googleplex, en plein cœur de la Silicon Valley, avec son robot Bot2Karrot.

Eliott Sarrey

Lunettes de bon élève et sourire un peu timide, Eliott Sarrey, 14 ans, a accueilli avec candeur l'un des prix les plus prestigieux de la planète, dans la nuit du 21 au 22 septembre dernier, à Mountain View, en Californie. Certes, le jeune garçon, élève de troisième au collège Jules-Ferry de Neuves-Maisons, en Meurthe-et-Moselle, n'en est pas à son premier prix. En 2014, il avait déjà remporté un concours national de programmation de jeu vidéo avec trois de ses copains.
Mais cette fois-ci, c'est autre chose ! Seul Français en lice, Eliott Sarrey a remporté, face à 21 autres finalistes - de jeunes inventeurs de 13 à 18 ans comme lui, venus du monde entier - le prix incubateur du concours de la Google Science Fair, remis avec faste dans le Googleplex, au siège du géant Google, en pleine Silicon Valley. C'est le premier Français à aller aussi loin dans le concours annuel de Google, organisé depuis 2011.

Robot jardinier

Eliott Sarrey a aussi reçu un chèque de 10 000 dollars et va bénéficier, pendant un an, d'un mentor de Google pour peaufiner son idée.
Son invention ? Un robot jardinier télé-commandable, joliment baptisé Bot2Karrot, qu'il a conçu sous la houlette de son père, ingénieur et responsable des robots installés dans les usines de Saint-Gobain. Muni d’un bras mécanique, le petit robot d'Eliott arrose, bine et repique des pots contenant des plantes potagères. Et il se dirige grâce à une application smartphone, qui modélise en 3D l’ensemble du potager.

Vision d'ensemble

L'invention a impressionné le jury, composé de scientifiques de haut niveau. C'est la vision d'ensemble du jeune homme qui a séduit, en particulier Beth Moses, ingénieure aérospatiale, instructrice en chef des astronautes, responsable des programmes en cabine chez Virgin Galactic et membre du jury. « Il a conçu l’ensemble avec une vision, pas seulement assemblé les différentes parties, a-t-elle expliqué. Eliott est un self-made ingénieur.* »

Robots… en lego et réveil olfactif

Le jeune garçon avoue pour sa part « ne pas être forcément bon en maths, ni en technologie ». C'est pourtant, aux dires de ses profs, un excellent élève, qui participe avec passion au « Club Créatique », un groupe d'une dizaine d'élèves comme lui qui fabriquent et programment des robots… en lego.

Lors de la Google Science Fair de l'an dernier, Guillaume Rolland, inventeur d'un réveil olfactif, était arrivé en finale - une première pour un Français - mais n'avait pas été sélectionné pour un prix. Aujourd'hui en première année de formation d'ingénieur à l'Université de technologie de Compiègne, ce jeune homme de 18 ans a préparé le lancement, le 27 mai dernier, des pré-ventes du Sensorwake, son réveil par diffusion de senteurs, sur la plate-forme américaine de financement participatif Kickstater. Eliott Sarrey, lui, rêve de partir étudier aux États-Unis.

*Propos recueillis par Emmanuelle Delsol pour L'Usine Digitale:"Le jeune Français Eliott Sarrey primé à la Google Science Fair"

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Publié par Facebook sur 

La co-innovation, le pari "gagnant-gagnant" de l’#IoT ! https://t.co/Fh974SLeki @LaTribune

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.