Jeux de société : ePawn combine monde réel et monde virtuel

Jouer sur un jeu de plateau, tout en bénéficiant de tous les apports propres aux jeux vidéo, c’est la solution développée par ePawn. L’entreprise, lauréate au Concours de l’Innovation numérique en novembre 2015, développe aujourd’hui un projet permettant aux pièces et figurines d’être déplacées à distance. 

ePawn

« On a commencé comme toute start-up qui se respecte, dans la cave de Valentin ». Christophe Duteil, directeur général et cofondateur d’ePawn, est avant tout un passionné de jeux de société. Sans cette passion, l’entreprise n’aurait sans doute pas vu le jour en août 2010. A ses côtés, Valentin Lefèvre, le directeur de la technologie, électronicien diplômé de l’Institut supérieur d’électronique de Paris, n’est pas tout à fait un inconnu dans le monde du numérique. En 1998 il avait lancé Total immersion, entreprise de réalité augmentée. Avec ePawn, il s’agit au départ de faire interagir des pions ou figurines de jeux de plateaux avec un écran (console, tablette, téléphone portable), « de mêler monde réel et monde virtuel, d’avoir des expériences de jeu nouvelles ».

ePawn
Exemple concret pour mieux comprendre avec le jeu du Monopoly : quand un pion arrive sur la case prison, le système va le savoir en temps réel et permettre à l’application lancée sur le smartphone, de déclencher gyrophare et sirène. 
Pour obtenir un tel résultat, ePawn a développé un système qui identifie chaque pièce grâce à une puce NFC et suit ses déplacements grâce à un tapis placé sous le plateau de jeu et connecté au terminal numérique. L’entreprise qui a déposé à ce jour 9 brevets auprès de l’INPI ainsi qu’à l’international notamment en Chine, USA, Japon, Corée, Brésil et Europe, est passée à la vitesse supérieure en 2012 avec l’ePawn arena.

L’arena est un écran de 26 pouces, pas un ordinateur, sur lequel s’affiche n’importe quel plateau de jeu pourvu que le terminal auquel il est connecté par wifi ou prise HDMI possède l’application du jeu en question. On lance l’application sur la tablette et hop, le plateau apparaît sur l’arena. Les actions et déplacements des pions et figurines déclenchent sons, voix, effets lumineux ou spéciaux. « On joue toujours à plusieurs autour d’une table et le jeu conserve son côté convivial, mais on se rapproche du jeu vidéo » souligne Christophe Duteil.

Répliquer les mouvements des pions à distance

Depuis sa création, ePawn a su tirer profit de l’écosystème de l’innovation. Elle s’est installée dans l’incubateur ParisTech Entrepreneurs. Elle a reçu des aides de Bpifrance en 2011, réalisant la même année une levée de 300 000 € auprès de business angels, puis une autre de 1 M€ l’année suivante auprès du fonds Elaia. En 2015 l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de près de 600 000 € avec un effectif de 9 collaborateurs. Elle a aussi été désignée lauréate du concours innovation numérique du Commissariat général à l’investissement et de Bpifrance au mois de novembre.
Aujourd’hui, elle est entrée dans une nouvelle phase, celle du contrôle d’objets pour laquelle elle a concouru. Il lui est désormais possible d’appliquer sa technologie à des objets mobiles et elle espère permettre bientôt à des joueurs de plateau de s’affronter à distance. Exemple encore avec un jeu d’échecs : « chaque fois que je déplace une pièce sur ma piste de jeu à Paris, grâce à internet, le système va répliquer le mouvement sur la piste de mon adversaire située à Nantes ». A suivre.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

TwigBundle:Exception:error500.html.twig

Quel est le #TopTweetsDuVendredi sur l'entrepreneuriat ? https://t.co/LeobOoTOJc https://t.co/VMLHLCOD0b

À LIRE ÉGALEMENT

Pour aller encore plus loin.