La filière viticole-vinicole, en pleine innovation !

0
20/11/2014 15:58
La France est le premier pays producteur de vin au monde avec une filière qui emploie quelque 600 000 emplois en France. Face à la mondialisation du marché, de l'offre autant que de la consommation, l'activité doit montrer son aptitude au changement. Sans rien renier de son terroir !
0

La France est le premier pays producteur de vin au monde avec une filière qui emploie quelque 600 000 emplois en France. Face à la mondialisation du marché, de l'offre autant que de la consommation, l'activité doit montrer son aptitude au changement. Sans rien renier de son terroir !

14 millions d’hectolitres exportés 

Grâce aux 755 000 ha de vignes et une production de près de 50 millions d’hectolitres, les vins et spiritueux sont aujourd’hui les premiers produits agroalimentaires français à l'exportation, avec 14 millions d'hectolitres exportés. Il s'agit même du 2e secteur économique exportateur national derrière l’aéronautique. La France est bien positionnée du fait de son image de qualité à l’international et de sa consommation locale élevée. Mais face à la concurrence d’autres pays producteurs, comme l’Espagne, l’Italie, ou l'Amérique Latine, elle doit renouveler son offre et la rendre plus accessible sur un marché global.

Innover du tracteur aux bouteilles

Le consommateur étant roi, la filière française a évolué pour se rapprocher, sans rien perdre de sa personnalité, des goûts de ces nouveaux acheteurs. Principalement venus de pays voisins comme la Grande Bretagne, ou l’Allemagne, mais aussi des Etats-Unis, Russie, Canada, Japon, leur expérience du vin est très différente de ceux de pays qui en produisent et en consomment depuis toujours.
Les innovations portent ainsi, en premier lieu, sur les méthodes de vinification : il s'agit obtenir des vins d’entrée ou de moyenne gamme plus sucrés, plus boisés ou plus fruités.
Mais le marketing et le packaging évoluent aussi vers la demande internationale, avec des étiquettes plus séduisantes, des contenants différents, par exemple des canettes ou des cubis pour le réfrigérateur, ou encore en élaborant des boissons à base de vin.
Pour sa part, la viticulture se modernise pour gagner en efficacité et rentabilité : systèmes électroniques de gestion et de tri embarqués sur le tracteur, mécanisation de plus en plus précise des actions à la vigne (taille, effeuillage, vendange)…

La réussite remarquable du Bordeaux en Chine

L'innovation consiste aussi à établir des relations privilégiées avec les nouveaux consommateurs, et à faire connaître le vin français et ses grands noms. À l’image de Bordeaux qui travaille depuis 10 ans avec le marché chinois. En participant aux salons asiatiques, avec le soutien actif de la CCI bordelaise et du comité interprofessionnel des vins de Bordeaux, le territoire a réussi à faire reconnaître sa marque auprès de toutes les catégories de consommateurs. La méthode : organiser des rencontres d’acheteurs en Chine, des séminaires-ateliers animés par des experts de ce marché, ou encore en créant des formations professionnelles de commercial sur l'Asie.
La Chine, y compris Hong Kong, est ainsi devenue le premier marché à l'export des vins bordelais. Ce marché représente aujourd'hui le quart de leurs exportations en volume (25 %) et en valeur (26 %).

Les vignobles français ont encore de beaux jours devant eux !

Mots clés: Économie Économie

Aucun objet associé.
Non
Aucun objet associé.