Entrepreneuriat féminin

Mariem Alaoui, une spécialiste du big data au service de la santé

Cette super-matheuse met l'analyse massive de données au service des laboratoires pharmaceutiques, afin d'avoir un impact sociétal positif.

Mariem Alaoui, Quiten

« Dans une école d'ingénieur comme celle que j'ai intégrée à Amiens, on apprend surtout à apprendre », remarque d'entrée de jeu Mariem Alaoui, co-fondatrice, avec Alexandre Templier et Guillaume Bourdon, de la société Quinten, en 2008, à Paris, et directrice des opérations et du développement technologique de la start-up.

Elle, en tout cas, veut tout savoir ! C'est dans cette optique qu'après un stage de fin d'études, elle a décidé, avec ses deux compères rencontrés dans l'entreprise qui l'avait accueillie, de fonder une entreprise vouée à l'innovation dans le domaine du data mining (recherche de données) et de l'analyse de ces données.

Du vrai big data

Pas dans n'importe quel but, cependant. Pas question de se contenter d'offrir à une entreprise la possibilité de mieux connaître ses clients - afin de leur proposer d'acheter toujours plus ! « Non !, s'exclame la jeune femme, qui confie être avant tout passionnée par les maths. Nous voulions faire du vrai big data ! » Autrement dit, de l'analyse de données au service d'une mission plus noble que du simple marketing...

Conséquence de ce positionnement et de la vocation de l'un des co-fondateurs, Alexandre Templier, qui est médecin, Quinten s'est spécialisée dans le domaine de la médecine et la pharmacie. Ses clients ? Un laboratoire pharmaceutique qui a voulu réduire la durée d’un programme d’optimisation de molécules en exploitant le plein potentiel de ses données, par exemple. Les experts de Quinten ont exploré les informations générées pendant les 6 premiers mois du programme sur 400 composés, ce qui a permis d’isoler quatre profils de composés présentant de bien meilleures propriétés que la moyenne. Résultat, les chimistes ont divisé par deux leur temps de recherche.

Une aide précieuse pour les chercheurs

Ou cet autre labo, l’un des principaux centres de recherche européens en oncologie, qui cherchait à comprendre pourquoi certains patients semblaient mal réagir à un traitement de chimiothérapie. L’algorithme et la méthodologie Q-Finder mis au point par Quinten ont permis d’explorer les données de façon exhaustive et de mettre en évidence un gène responsable de la réaction des patients. Les outils de bioinformatique et de data mining utilisés en génomique par la start-up parisienne ont ainsi conduit les chercheurs à corriger le traitement. Aujourd'hui, les plus grands groupes pharmaceutiques font appel à l'expertise développée par Mariem Alaoui et la trentaine de spécialistes de Quinten.

La jeune femme se réjouit de la création d'un master en big data à l'Ecole Polytechnique/Telecom ParisTech l'an dernier - qui attire de plus en plus d'étudiantes, qui plus est... « Il n'y en avait, auparavant, que pour la finance, remarque Mariem Alaoui, or les femmes ne sont pas très attirées par ce monde là. Le big data est bien plus concret, bien plus intéressant », conclut-elle avec satisfaction.

PARTAGEZ CE DOSSIER