Histoires d'entrepreneurs

Histoires d’entrepreneurs : Paprec Group

Jean-Luc Petithuguenin est de ces hommes qui montrent humblement, aux autres, les chemins de traverse. En 1994, il quitte son poste confortable à la Générale des Eaux pour racheter à sa maison mère une petite entreprise de recyclage de vieux papiers à La Courneuve.
Retour sur cette aventure.

 À l’époque, ces problématiques ne sont pas encore au cœur du débat public, les décharges ont pignon sur rue et les grands du traitement des déchets ont peu à faire de ces innovations dîtes « farfelues ».  Jean-Luc Petithuguenin

Repousser toutes les frontières

L’idée révolutionnaire de Jean-Luc Petithuguenin : sauvegarder le potentiel des matières premières, mais aussi agir sur la dépense d’énergie, très lourde, nécessaire à la transformation de ces matières vierges. Le recyclage permet d’en réduire de façon significative la consommation : il faut 3 fois moins d’énergie pour produire du verre à partir de la matière usagée, qu’à partir de sable. Une tonne de plastique recyclé, c’est 830 litres de pétrole économisés. Le recyclage est source de profit pour la planète.

 Et pourtant, la proximité reste notre priorité. Proximité avec nos salariés, avec nos clients, avec les municipalités où nous construisons des usines et avec nos banquiers. Nous avons toujours porté nos origines, et nous avons poursuivi notre enracinement. Nous nous voulons une entreprise citoyenne.  Jean-Luc Petithuguenin

Paprec anticipera les avancées technologiques, sociales et collectives. Investir un nouveau marché, embaucher des seniors au-delà de 60 ans, établir une charte de l’égalité, introduire la laïcité, donner aux femmes l’accès à la direction d’usine.

Nous sommes des militants de l’humanité, vous savez, notre métier c’est de faire ensemble, de réussir ensemble pour une planète plus verte.  Jean-Luc Petithuguenin

20 ans après la reprise, Paprec Group affiche 800 M€ de CA et fait partie des 100 entreprises qui portent l’économie française. L’ovni salarie 4 000 personnes et recycle 5 millions de tonnes de déchets par an.
En novembre 2012 puis en septembre 2013, Bpifrance investit 150 M€ au capital de Paprec, lui permettant de développer considérablement son activité et de renforcer sa crédibilité auprès des banques et des autres investisseurs.

PARTAGEZ CE DOSSIER