Innovation alimentaire : innover pour nourrir « autrement » la planète

Agroalimentaire : quelles sont les tendances de l’innovation ?

L’innovation est source de performance. Et le secteur agroalimentaire l’a bien compris ! Découvrez trois grandes tendances de l’innovation dans ce secteur.

Les insectes, sources de protéines

Insectes à déguster
Les insectes représentent un potentiel majeur pour l’industrie agroalimentaire.
Avec les prévisions d’augmentation constante de la population mondiale (9 milliards d’habitants en 2050), des pénuries de ressources alimentaires sont prévues.
Or, les insectes, très riches en protéines, apparaissent comme une alternative pour nourrir la population mondiale en croissance. Faisant déjà partie de l’alimentation humaine dans plusieurs régions du monde, ils peuvent également servir à l’alimentation animale. C’est pourquoi la FAO1 encourage depuis plusieurs années les filières de développement d’insectes

Des entreprises françaises innovent dans ce domaine, à l’image d’Ynsect, jeune entreprise lauréate du Concours mondial de l'innovation, qui s’est spécialisée dans l’élevage et la production de molécules d’intérêt issues d’insectes. Elle développe le concept de bioraffinerie des insectes notamment pour une valorisation en alimentation animale et en chimie.

Le microbiote, de nouvelles possibilités pour l’alimentation-santé

Microbiote
Le microbiote intestinal, aussi appelé flore intestinale, est constitué de micro-organismes présents naturellement par milliards dans notre appareil digestif. Grâce à leur rôle dans la défense immunitaire de l’organisme, ils suscitent l’intérêt croissant des acteurs du secteur agroalimentaire.
En effet, le microbiote aurait un rôle protecteur vis-à-vis de certaines infections inflammatoires ou encore des pathologies en lien avec le fonctionnement cérébral. Ainsi avec certains aliments, on pourrait rééquilibrer la flore intestinale selon les besoins des consommateurs.

L’économie circulaire2, solution au gaspillage alimentaire

économie circulaire
Aujourd’hui, près d’un tiers de la production alimentaire est perdue ou gaspillée chaque année.
Dans les pays en développement, ce gaspillage est principalement dû à la perte de matières premières agricoles en raison d’un déficit de moyens de conservation et de logistique.
Dans les pays développés, le gaspillage se situe plutôt au niveau de la transformation, de la distribution et de la consommation.

La réduction du gaspillage alimentaire passe avant tout par des actions de sensibilisation du grand public mais les industriels y contribuent aussi par la mise en œuvre de nouvelles technologies de conservation des aliments, d’emballages portionnés, actifs (composés anti-microbiens ou antioxydants) ou « intelligents » (suivi de la fraîcheur des produits), ou encore par la valorisation des co-produits.
L’économie circulaire, ou innover durablement.

1 Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.
2 Le développement du recyclage mais aussi d’une utilisation plus efficace des ressources, en modifiant les modes de production et de consommation, en allongeant la durée de vie de la matière, en promouvant l’éco-conception de produits réutilisables et recyclables, etc.

PARTAGEZ CE DOSSIER