Innovation managériale

Le biscuitier Poult fait recette dans l'innovation managériale

Assouplir les rapports hiérarchiques et encourager l’émulation, telle est la politique du groupe toulousain Poult - afin de stimuler sa croissance.

©-Poult,

Ouvrier ou ingénieur, le salarié bénéficie de la moitié de son temps pour mener à bien une idée qu’il souhaite apporter à l’entreprise. Si le concept fait ses preuves dans les start-up, il apparaît plus surprenant dans l’industrie agroalimentaire... Numéro un français sur le marché des marques de distributeurs, deuxième biscuitier français, le Groupe Poult a beau compter un millier de salariés, il fonctionne sur un modèle alternatif d'organisation du travail. Difficile de trouver un organigramme dans l’entreprise : on a adopté ici le concept d’entreprise libérée. Libérée des freins à l’innovation et libérée du lien hiérarchique. C’est un ancien financier bruxellois, Carlos Verkaeren, qui est à l’origine de cette petite révolution. « L’innovation managériale est un levier de croissance, estime Carlos Verkaeren, Pdg du Groupe Poult. Cette démarche suscite l’intérêt des grands groupes comme Airbus qui viennent nous rendre visite et permet d’attirer des profils que nous n’aurions jamais pu recruter dans le passé. »

Numéro un français sur le marché des marques de distributeurs, deuxième biscuitier français, le Groupe Poult a beau compter un millier de salariés, il fonctionne sur un modèle alternatif d'organisation du travail

Son propre incubateur et des projets collaboratifs

Encore une PME dans les années 2000, le Groupe Poult atteint désormais 200 millions d'euros de chiffre d'affaires. Il dispose de son propre incubateur et s’est associé avec le FabLab toulousain Artilect pour concevoir une imprimante 3D alimentaire. « On pourrait imaginer l’envoi d’un simple fichier pour personnaliser un produit alimentaire ou adapter l’apport calorifique en fonction du profil diabétique, souligne Laurent Noel, en charge du projet. Nous avons beaucoup à apprendre de ce type de structure qui permet de mutualiser les savoir-faire. » Le Groupe Poult travaille par ailleurs avec les laboratoires Pierre Fabre pour lancer un biscuit anti-stress. « C’est un complément alimentaire qui pourrait arriver en pharmacie dès la fin de l’année 2015 », annonce Carlos Verkaeren.

(crédit photo :© Groupe Poult)

PARTAGEZ CE DOSSIER