Innovation managériale

Simonin fait place nette au débat

La consultation auprès des associés et employés de Simonin est au cœur des décisions dans l’entreprise de conception et de fabrication de composants et structures en bois depuis 2009. Chaque jour, son Pdg Christian Balanche reconnaît l’importance de cette innovation sociale et managériale.

Reprise par les cadres dirigeants en 2009, l’entreprise Simonin, fabricant de structures en bois lamellé collé et de composants bois à Montlebon dans le Doubs, a voulu faire de la participation des employés aux décisions d’entreprise, une organisation managériale. Dans le but d’accroître la culture d’entreprise, la cohésion et les pratiques collaboratives, son Pdg Christian Balanche et ses associés ont mis en place un système de consultation des employés.
Au sein de Simonin, les salariés de tous les échelons travaillent ensemble et le pouvoir de décision de la hiérarchie est assoupli. Tous les choix qui ont trait à la vie de l’entreprise sont soumis au débat avec les personnes concernées. Les consultations internes vont du choix des programmes ou logiciels de dessin pour la conception des composants bois, à l’investissement dans des outils de production. La dernière réunion en date portait sur l’achat d’une machine de taille : quelles machines sont sur le marché ? Dans quelle technologie est-il nécessaire d’investir ? Quel type de machine peut correspondre le mieux au dessin, au design des composants fabriqués dans l’entreprise ?
 Toutes ces questions ont été réglées en moins d’une heure grâce à l’expertise des employés de la production, de la conception, et des associés.

Une plus grande adhésion aux projets d’entreprise

Sinomin, entreprise membre de la communauté Bpifrance Excellence, engrange chaque année plus de 20 millions d’euros de CA, dont 30 % à l’export.

Un débat d’autant plus facilité que, comme le souligne la direction, « nous sommes une centaine de salariés aujourd’hui, nous avons des âges un peu différents mais nous nous connaissons tous depuis longtemps. » Alors après la reprise, chacun a reconnu la part d’expertise de l’autre. « Aujourd’hui, je serais, par exemple, incapable de prendre une décision sur l’environnement informatique le plus approprié pour mes employés », sur leurs attentes spécifiques en termes de capacités et sur les logiciels système nécessaires, confie le Pdg de l’entreprise.
La société pousse même le travail de cohésion et de confiance jusqu’à la participation à des concours sportifs pour les employés, afin de renforcer l’esprit d’équipe. Grâce à cette politique managériale, le Pdg affirme que les employés s’adaptent plus facilement aux mutations, qu’elles soient internes à Simonin ou externes et, que ceux-ci montrent une plus grande adhésion aux projets.
Des résultats loin d’être négligeables pour cette société qui engrange chaque année plus de 20 millions d’euros de CA, dont 30 % à l’export, là où la filière bois n’est pas exempte de concurrence.

PARTAGEZ CE DOSSIER