L'Innovation verte

Le tour de France de l’innovation verte : la région Pays de la Loire

En février, Bpifrance vous fait découvrir les initiatives « green » de chaque région.
Pour cette quatrième étape du tour de France des innovations green, découvrez trois entreprises et projets innovants de la région Pays de la Loire.

Mliner : 4 sources d'énergie pour une centrale

C'est en même temps une éolienne, une hydrolienne, une houlomotrice et une centrale solaire.
Depuis quatre ans, la société Geps Techno, une PME basée à Saint-Nazaire, développe ce concept de centrale électrique offshore, la Mliner, structure flottante nomade capable de produire de l’électricité verte grâce à ces quatre sources d’énergie. Un premier démonstrateur a été mis à l’eau le 18 juillet dernier afin d’être testé pendant un an.
L'électricité produite permettrait d’alimenter des endroits difficiles d'atteinte, tels que des plateformes offshore.

L'Ile d'Yeu ou l'énergie positive

Depuis 2012, l'île a adopté un plan climat particulièrement ambitieux : A horizon 2030,l'île devra être totalement autonome au point de vue énergétique.
Déjà, les habitudes changent : Des véhicules « Be Sun », 100% électriques, des vélos à assistance électrique (cinq bornes de recharge existent déjà, et elles seront, à terme, reliées à une unité de production d'énergie solaire et éolienne), sans oublier le matériel électro-portatif pour entretenir les espaces verts, ont été introduits, ainsi que des véhicules à hydrogène.
Les îliens réfléchissent à cet égard à une production locale. Pour ce faire, ils ont lancé une étude Hydrogène à la fin de l'an dernier, en même temps que l'expérimentation des premiers véhicules à hydrogène.

Vendée : de l'algocarburant pour traverser l'Atlantique

Il faudra attendre juin 2016, date prévue pour une traversée inédite de l'Atlantique. Celle que veut entreprendre Raphaël Dinelli (associé à la Fondation Océan Vital, avec le soutien d’Aéroports de Paris et de l’Aéroclub de France), sera réalisée grâce à... de l'algocarburant.
L'Eraole - c'est le nom de l'avion - développé à Olonne sur Mer, a une autre particularité : c'est un biplan à ailes décalées (ce qui permet d'accroître la surface exposée au soleil, sans augmenter pour autant l’envergure des ailes), qui dispose, outre la bioénergie issue de micro-algues, de cellules photovoltaïques.
Si tout va bien, en juin prochain, après 7 ans de travail, Eraole devrait quitter la banlieue de New York, pour rallier - en 5 800 km et 60 heures de vol - l'aéroport du Bourget. Sur les traces de Charles Lindbergh, mais sans énergie fossile !

PARTAGEZ CE DOSSIER