Quels financements pour soutenir la croissance des PME et ETI et préparer la compétitivité de demain ?

Introduction

Le renforcement de la compétitivité et la stimulation de l’investissement sont des priorités de l’agenda politique européen et français. Dans la continuité des annonces formulées durant l’été, la Commission européenne a présenté le 26 novembre 2014 un plan d’investissement de 315 milliards d’euros pour la période 2015-2017, dont un quart environ est consacré au soutien des investissements des PME et des Mid-caps[i]. En France, les Assises du financement et de l’investissement, tenues le 15 septembre 2014, ont fait écho à ces orientations en faisant de la mobilisation des sources de financement et d’investissement à destination des entreprises un des enjeux du redressement de l’économie et du renforcement de la compétitivité française.

La question du financement de long terme des entreprises est centrale et les besoins des PME et des ETI méritent une attention particulière en raison du rôle cardinal qu’elles jouent dans l’économie française. Véritable épine dorsale du tissu économique français, les PME et les ETI représentent en effet plus de 99% de la population d’entreprises, plus de 70% des emplois et environ 65% de la valeur ajoutée.

Aussi, en réponse aux déstabilisations qu’ont représentées la crise économique et financière, la perte de compétitivité et la nouvelle architecture prudentielle (Bâle III, Solvabilité II), il est impératif d’agir pour garantir aux PME et aux ETI un accès compétitif au financement de haut et de bas de bilan auquel le paradigme de financement d’avant crise ne répond qu’imparfaitement.

Il s’agit d’améliorer la capacité du secteur financier à allouer l’épargne vers le financement des PME et des ETI, en assurant la transition d’un modèle de financement d’avant crise - caractérisé par une offre « bipolaire » avec, d’une part, un financement bancaire « classique » au couple rendement/risque faible, et d’autre part, un financement en fonds propres au couple rendement/risque élevé - vers un modèle de financement plus diversifié, répondant à la chaîne de besoins de financement des PME et des ETI (niveau de risque, maturité) et mobilisant un spectre plus large d’investisseurs et d’appétit aux risque.

Dans cette perspective, cet article dresse un état des lieux des conditions et des enjeux du financement de l’investissement des PME et des ETI, avant de présenter et d’analyser les mécanismes qui y répondent.

PARTAGEZ CE DOSSIER