#innoverçapaye : les 5 points à retenir

Le numérique, les sciences de la vie et les écotechnologies

« Nous ne sommes pas dans une logique d'enfermement dans des priorités, mais dans des logiques de "bottom up"»
Bpifrance scrute notamment le numérique, les sciences de la vie et les écotechnologies...

Bpifrance investit principalement dans les secteurs du numérique, des écotechnologies et des sciences de la vie mais « il faut rester humble et laisser le champ du possible » car il existe  de nombreux secteurs d’avenir inexplorés qui surgissent du jour au lendemain.

Il n’est pas possible de déterminer quelles seront les innovations de demain mais plutôt quels seront les champs d’applications de celles-ci. Ces terrains fertiles sont ceux qui connaissent des ruptures ou des changements profonds, à l’image du big data, du marché des métaux rares, du stockage de l’énergie… Pour Paul-François Fournier, de nombreux domaines d’activités à « fort potentiel » ne sont pas encore explorés.

La commission sur « l’innovation 2030 », présidée par Anne Lauvergeon, a identifié 7 domaines prioritaires dans lesquels on peut anticiper les plus grandes ruptures. Bpifrance s’est appuyé sur cet outil pour identifier un certain nombre de projets à subventionner mais « nous disposons par ailleurs d’outils qui permettent de financer d'autres projets auxquels nous n’avions pas forcément pensé ! » précise Paul-François Fournier.

Pour conclure Paul-François Fournier insiste sur le fait que quels que soient les terrains ou les domaines choisis, il faudra, pour l’entrepreneur, veiller à « trouver le bon équilibre entre une innovation qui apporte de la valeur et rester en contact avec la réalité du marché ».

C’est le rôle de Bpifrance que d’accompagner ces entrepreneurs à transformer leurs idées en projets concrets, en partageant l’expérience de ses chargés d’affaires, en les aidant à trouver les bons moyens de financement et en les connectant à cet « effervescent » écosystème de l’innovation !

PARTAGEZ CE DOSSIER