Act Food Bretagne veut l'Europe comme terrain de jeu

Les cinq centres bretons d'innovation technologique agri-agro se sont associés en une fédération, Act Food Bretagne. L'objectif est d'accélérer la croissance des entreprises et de répondre à plus d’appels d’offres au niveau européen.

Act food Bretagne
Faire de la Bretagne un leader européen de l’alimentaire : voici l'objectif que s'est fixé la nouvelle fédération Act Food Bretagne, créée en octobre dernier et qui regroupe les cinq centres techniques agri-agro de Bretagne.

La première région agricole et agro-alimentaire française mise sur l’innovation et l’unité pour gagner en visibilité et en compétitivité. Car si la région bénéficiait déjà d'un écosystème de l’innovation dense, il était trop éclaté pour être lisible par certains industriels. Act Food Bretagne permettra donc de proposer une offre générale de services, de recherche et d’innovation. Transferts de technologies et synergies sont les principaux mots d'ordre. De fait, si les biotech sont utilisées sur les végétaux, pourquoi ne pas les appliquer aux algues, par exemple ? Dans ce dernier domaine, comme dans celui des ingrédients, la Bretagne abrite quelques pépites...

Il s'agit donc de fédérer les efforts pour faire grandir les entreprises, notamment en répondant à des appels d'offres émis au niveau européen et international, et, bien entendu, créer de l'emploi dans la région.

Accélérateur de croissance

Conçue comme un accélérateur de croissance, la fédération veut profiter de son maillage du territoire pour faire travailler ensemble des groupes comme Roullier, Diana, Prince de Bretagne, Triballat… et de petites entreprises locales qu’il faut faire émerger. Les cinq centres (150 salariés, 12 millions d'euros de budget total) travaillent déjà sur des projets collaboratifs avec le pôle de compétitivité Valorial et le Centre Culinaire Contemporain de Rennes. Au travers d’Act Food Bretagne, ils seront plus présents sur les appels à projets (Programmes d'Investissements d'Avenir, Fonds Unique Interministériel, Agence Nationale de la Recherche) nécessitant un nombre restreint de partenaires ou un budget de fonctionnement élevé.

En ce début de l'année 2016, la fédération répondra ainsi à un appel à projets national en vue de la création d'un Institut Carnot agri-agro en Bretagne. Act Food Bretagne entrera en effet dans sa phase opérationnelle dès le début de cette année et finalisera sa feuille de route et son programme au premier trimestre.

Compétences au service de projets

agro alimentaire
Les compétences des membres de la nouvelle fédération mises au service de projets conçus dans les entreprises locales couvrent l’ensemble des secteurs agri-agro. Chaque centre conserve évidemment sa spécialité : pour l'ADRIA, c'est la qualité et la sécurité des aliments, pour le CEVA, la valorisation des algues, pour ID Mer, les produits de la mer, et enfin, pour Végénov, les biotechnologies végétales tandis que Zoopôle Développement s'attache à la santé animale et aux sciences du vivant.

Basée à Quimper, l'entité est présidée par Jean-Pierre Rivery d’ID Mer et accueille dans son directoire les dirigeants des cinq industries représentatives des filières (lait, volailles, viandes, légumes, mer) : Christian Guyader (Guyader Gastronomie), Olivier Clanchin (Triballat Noyal), Georges Galardon (Triskalia), Joseph Rousseau (Prince de Bretagne) et Guénolé Le Calvez (Biotechmarine).
Prévu par le Pacte d'avenir pour la Bretagne, ce rapprochement des centres techniques est fortement soutenu par la Région Bretagne.