La parité dans les entreprises progresse lentement mais sûrement

L’augmentation de la proportion de femmes dans les conseils d’administration et de surveillance des sociétés cotées a fortement progressé en France ces dernières années, mais elle reste limitée dans les entreprises non cotées, souligne un récent rapport.

parité

À l’occasion de la journée internationale de la femme, il est pertinent de s’interroger sur le niveau de parité entre les femmes et les hommes dans les fonctions dirigeantes des entreprises hexagonales. Alors que la législation française favorise l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes (voir encadré), le premier rapport établi par le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes et le Conseil Supérieur à l’Égalité Professionnelle entre les femmes et les hommes a été présenté le 10 février aux autorités compétentes (ministère des Affaires sociales, de la santé et des droits des Femmes et le Secrétariat d’État aux droits des Femmes).

Les entreprises du CAC40 sont les meilleures élèves de l’Union Européenne

28 %

Selon ce rapport, la proportion de femmes dans les conseils d’administration et de surveillance des sociétés cotées en France a atteint 28 % en 2015, contre seulement 9 % en 2008. Les grandes capitalisations font encore mieux, avec un taux de femmes de 34 % pour les entreprises cotées au CAC40 et de 32 % pour celles du SBF120, soit un triplement entre 2009 et 2015. Mais en dépit de ces résultats encourageant, aucune entreprise du CAC40 n’est dirigée par une femme, relève le rapport... Cependant, avec ces niveaux, les grandes capitalisations françaises sont les meilleures élèves de l’Union Européenne (UE) devant la Lettonie, la Suède et Malte. Quant à la moyenne de l’UE, elle s’élève à seulement 22 % pour la présence des femmes dans les plus grandes capitalisations boursières.

Les entreprises non cotées doivent mieux faire

14,2 %

Du côté des entreprises non cotées visées par la loi - leur nombre est estimé à 400 -, la part des femmes dans les conseils d’administration et de surveillance reste en dessous des objectifs, avec un taux estimé à seulement 14,2 %. Si ce pourcentage doit nécessairement augmenter à l'avenir, le fait que les entreprises non cotées ne soient pas obligées de communiquer rend difficile la remontée de ce type d’information, regrette le rapport.

Des recommandations pour accroître la parité

5%

Pour l’heure, seulement 5 % des présidences de conseils d’administration et de surveillance sont occupées par des femmes. Pour respecter la loi, 1 265 postes d’administrateurs devront s’ouvrir aux femmes d’ici à 2017. Pour y parvenir, le rapport formule plusieurs recommandations : rappel des obligations légales aux entreprises, mesure et contrôle de la parité, accompagnement dans la recherche de profils féminins et poursuite du partage des responsabilités dans les conseils. Autant dire que si la parité augmente, le rythme de progression doit s'accélérer.