Objets connectés : une industrie est née

Les entreprises françaises ont  le potentiel pour devenir des championnes mondiales dans le domaine des objets connectés. Pour créer une véritable filière, l’industrialisation est la prochaine étape. Elle a déjà commencé ! 

Eviter la gadgétisation

Entre les entreprises hexagonales et les objets connectés, l’histoire d’amour continue. Lors du prochain CES de Las Vegas, qui se tiendra au moins de janvier, les sociétés Lima, Voxtok, Graphic et l’incontournable Withings, vont être récompensées pour leurs réalisations. A n’en pas douter, la France compte désormais nombre de fleurons actifs dans le secteur. Les objets connectés seraient en train de devenir une « marque de fabrique française » selon Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat chargée du numérique. Bref, les compétences sont là et les idées foisonnent. Mais comment passer à une filière industrielle à part entière ? D'autant que l'expérience seule fera le tri entre les objets gadgets et ceux qui vont s'intégrer au quotidien des particuliers et des entreprises.

Des promesses pourtant bien réelles

Au-delà du phénomène de mode, plusieurs études soulignent que le marché mondial des objets connectés devrait exploser dans les années à venir. Selon le cabinet Gartner, il pourrait même peser  la bagatelle de… 1 900 milliards de dollars dans 6 ans.  En France, selon le cabinet Xerfi, le marché devrait représenter 500 millions d’euros en 2016, contre 150 millions d’euros en 2013, soit une progression de 233 % ! C’est dire si, pour les entreprises françaises, déjà très bien placées sur le secteur, l’enjeu est de taille. Elles se préparent en visant d’emblée l'international. Un exemple parmi d'autres : la société AwoX, spécialiste des maisons intelligentes, possède déjà des bureaux commerciaux aux Etats-Unis, en Chine et à Taiwan et une filiale dédiée à l’industrialisation et la production à Singapour.

Une filière en voie de structuration

Mais quid du Made in France ? Aujourd’hui, les objets connectés font partie des 34 plans de la nouvelle France industrielle. Une voie importante pour la création d'un réseau industriel est la création de partenariats avec des grands groupes industriels. Ainsi Sigfox, l’opérateur bas débit pour les objets connectés développe son écosystème en signant de nombreux accords, notamment avec la filiale espagnole de Securitas ou bien encore Airbus. Et pour cause ! Le géant européen travaille désormais en interne sur des applications impliquant l’utilisation des objets connectés. 

Une Cité des Objets Connectés bientôt inaugurée

Autre signe qui ne trompe pas : 15 millions d’euros ont été débloqués pour la construction d’une « Cité des objets connectés » dans la ville d’Angers. Véritable espace d’innovation industrielle, le complexe offrira l’ensemble des outils nécessaires pour tester et valoriser les réalisations françaises. La Cité, qui devrait être inaugurée en janvier 2015, sera aussi un lieu de réseau pour les entreprises du secteur. Une industrie nait !