Projet Futurol, le biocarburant de 2e génération

Réduire les émissions de gaz à effet de serre en général, et plus particulièrement dans les transports est crucial. Les biocarburants sont l’une des contributions possibles pour y répondre.
Futurol vise à mettre sur le marché dès 2016, un procédé, des technologies et des produits (enzymes et levures) pour produire du bioéthanol  de deuxième génération.  

Futurol a pour objectif de  mettre au point et commercialiser un procédé et des technologies inédites permettant d’assurer une production de bioéthanol cellulosique compétitive et durable.

Après 7 ans de R&D et une phase pilote couronnée de succès, ce projet est entré en 2015 dans la phase d’industrialisation de son procédé de prétraitement de la biomasse et de la commercialisation de sa technologie.

Le financement du projet 

Le programme Futurol a été initié en 2008, avec un budget global de 76,4 millions d'euros, dont 29,9 millions d’euros attribués par Bpifrance.

Futurol, un projet inédit…

Ce projet associe 11 partenaires majeurs qui couvrent l’ensemble de la filière, du végétal au réservoir :

En 2015, Futurol a franchi une nouvelle étape clé dans son développement. Les premières phases de R&D et de pilote ayant permis de valider la viabilité du procédé sur les plans économiques et environnementaux, il s’agit maintenant de lancer les premiers essais industriels. 

Une unité de prétraitement à échelle industrielle est actuellement en cours d’implantation sur le site Tereos de Bucy-Le-Long, pour mise en production courant 2016.

« Nous sommes fiers de pouvoir annoncer que nous entrons dans une phase de validation industrielle de notre technologie de production de bioéthanol cellulosique. Dans cet esprit, des essais industriels actuellement en cours de déploiement nous permettront d’entrer résolument dans la phase de commercialisation de notre procédé et de notre technologie à partir de 2016. »  Anne Wagner, présidente du projet Futurol

… et des performances inégalées

  • Un prix de revient compétitif : depuis le lancement du projet Futurol en 2008, le prix de revient estimé de l’éthanol a été divisé par 10.
  • Des usines excédentaires en énergie : une usine valorisant la technologie Futurol est autonome en énergie à hauteur de 120 à 140 % de ses besoins.
  • Jusqu’à 90 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre : Futurol assure une réduction d’émission de gaz à effet de serre supérieure à 70 %, du champ au produit final. Cette réduction peut même atteindre plus de 90 % dans le cas de cultures particulièrement économes au niveau environnemental.
  • Un procédé original et performant : la technologie Futurol permet de produire de l’éthanol cellulosique grâce à un système totalement intégré, avec un nombre d’étapes unitaires limité et des opérations simplifiées.