Accueil > Actualités > À la une > Croissance des ETI : des perspectives un peu moins optimistes pour 2012

Croissance des ETI : des perspectives un peu moins optimistes pour 2012

  • Ecoutez cette page avec ReadSpeakerEcouter
  • ImprimerImprimer
  • Envoyer l'adresse de la page à un amiEnvoyer
  • Partager 

19.06.12

Découvrez le résultat de la seconde Enquête annuelle de conjoncture menée conjointement par la DGCIS et OSEO en mars 2012 auprès des entreprises de taille intermédiaire (ETI) nationales

Activité

Les ETI se montrent globalement optimistes pour 2012 : 46 % anticipent une hausse de leur activité (contre 56 % en 2011) ; 14 % prévoient une diminution (contre 7 % en 2011). Les perspectives de croissance demeurent deux fois plus optimistes pour les ETI innovantes. En revanche, conséquence du ralentissement économique en Europe, elles n’augmentent plus avec la part de l’activité réalisée à l’international, contrairement à 2011. Les perspectives de croissance diminuent par rapport à 2011 dans tous les secteurs, notamment dans celui de l’industrie et de la construction.

Emploi

Les effectifs totaux des ETI françaises, notamment celles qui sont bien implantées à l’étranger, poursuivent leur hausse en 2012 : un tiers prévoit une augmentation (contre 37 % en 2011) et 12 % une diminution (contre 9 % en 2011). Un fort impact positif est à noter sur les effectifs en France des ETI dont la croissance est portée par leur développement à l’international.

Situation financière et accès au crédit

30 % des ETI se disent pénalisées par le resserrement du crédit, contre 20 % en 2011. Le durcissement des conditions d’accès au crédit est assez vivement ressenti par les dirigeants, avec un coût des concours de trésorerie plus contraignant qu’en 2011. La hausse du prix des prêts à moyen et long terme pèse aussi plus nettement. En 2012, la trésorerie des ETI innovantes et performantes à l’international ne devrait pas se dégrader.

Croissance externe

De très nombreuses opérations ont été réalisées et sont envisagées, un peu plus souvent par prise de participations que par création de filiales. Trois ETI sur dix ont pris des participations dans d’autres entreprises en 2011 et un tiers envisage de le faire en 2012. Les investissements de croissance sont majoritairement autofinancés en 2011, mais les chefs d’entreprise prévoient un recours accru à l’endettement et aux concours bancaires en 2012.

Une ETI française sur quatre a créé au moins une filiale en 2011. Elles sont moins nombreuses à l’envisager pour 2012. Les filiales à l’étranger sont principalement implantées dans l’UE, devant l’Asie et l’Amérique du Nord.

Cette enquête confirme que l’innovation et l’international restent, avec l’investissement, trois puissants accélérateurs de croissance et de compétitivité. C’est pourquoi OSEO en a fait ses trois priorités de soutien aux ETI comme aux PME.

ENQUETE SUR LES ETI

A FEUILLETER OU TÉLÉCHARGER


NOS FLUX RSS

Retrouvez l'actualité de Bpifrance : financement des projets de PME, témoignages, dossiers...