Le guide de l'export
> Financez votre développement à l'international

  • Ecoutez cette page avec ReadSpeakerEcouter
  • ImprimerImprimer
  • Envoyer l'adresse de la page à un amiEnvoyer
  • Partager 

Les différents moyens de paiement

Virement international, chèque, lettre de change, crédit documentaire… Tous les outils pour payer ou être payé à l’international.

Le virement international

C’est le moyen de paiement le plus largement utilisé dans les échanges internationaux.

Votre client étranger donne l’ordre à sa banque de vous régler par virement. Auparavant, vous lui avez fait parvenir une facture commerciale – dite facture pro forma – qui précise les produits à livrer et leur prix.
Les avantages du virement international sont les suivants :

  • Très rapide, grâce au système SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication),
  • Très sûr, s’il est effectué et encaissé avant l’envoi de la marchandise,
  • Peu coûteux. Toutefois, il existe un risque de change si le virement est fait en devises.

Le chèque

Le chèque est un ordre écrit et inconditionnel de paiement à vue en faveur d’un bénéficiaire. Il peut être utilisé en euros ou en devises étrangères pour le règlement des exportations.

Ce mode de paiement est vivement déconseillé, compte tenu des risques qu’il présente : risque de vol, risque d’absence de provision, risque de change s’il est libellé en devises, durée d’encaissement plus ou moins longue.

La lettre de change

La lettre de change est un écrit par lequel vous, exportateur (le tireur), donnez l’ordre à l’acheteur étranger (le tiré) de payer un certain montant à une échéance donnée.

L’avantage est de pouvoir mobiliser la créance (escompte).

Les principaux inconvénients sont les risques d’impayé, de vol ou de perte. Pour éviter le risque d’impayé, il convient de demander à l’acheteur étranger un aval de sa banque.

Le crédit documentaire

L’intérêt du crédit documentaire est de couvrir l’exportateur contre les risques de non-paiement en les reportant sur la banque de l’acheteur.
Les deux inconvénients pour vous sont :

  • Une certaine lourdeur administrative (nécessité de remplir de nombreux documents),
  • Un coût relativement élevé (nombreuses commissions bancaires).

Voici les différentes étapes conduisant au paiement :

  • L’acheteur demande à sa banque une ouverture de crédit documentaire. Il mentionne plusieurs éléments : le pays de l’exportateur, la validité du contrat et l’expiration du crédit, le type de contrat choisi (Incoterm), la nature de la marchandise, les conditions techniques de l’emballage, le lieu d’expédition, les documents qui prouvent la réception des marchandises.
  • La banque de l’acheteur (banque émettrice) confirme à la banque de l’exportateur (banque notificatrice) qu’il existe un crédit en faveur de son client après remise de documents : facture commerciale (pro forma), liste de colisage (nombre et poids des différents colis), certificat d’origine, documents de transport.
  • L’exportateur expédie les marchandises. Il reçoit les documents de transport. Il adresse les documents demandés à sa banque qui les transmet à la banque de l’acheteur. Après vérification de la conformité des documents, cette dernière transmet les fonds à la banque du vendeur.

Pour vous sécuriser au maximum, vous devez exiger un crédit documentaire irrévocable et confirmé. Dans ce cas, chacune des deux banques concernées accorde sa garantie de complet règlement au vendeur.

Bpifrance et ses partenaires peut garantir vos crédits documentaires. Cliquez pour en savoir plus !

 

LE CONSEIL bpifrance

"Négociez avec votre client étranger soit un règlement par virement SWIFT avant l’envoi de la marchandise, soit un contrat de crédit documentaire irrévocable et confirmé."