5 infos à retenir sur le French Tech 120

Le French Tech 120 souffle sa première bougie. A l’occasion de l’appel à candidature de la deuxième promotion ouvert jusqu’au 6 décembre, voici 5 choses à savoir sur ce label. 

Faire émerger 25 licornes d’ici à 2025, au service de la relance. Voilà l’objectif lancé par l’Etat, porté par la French Tech et le label French Tech Next40/120. Inauguré il y a un an, le programme d’accompagnement a été un succès. Un appel à candidature est ouvert jusqu’au 6 décembre pour établir la deuxième promotion. En attendant, voici 5 choses à savoir sur le French Tech Next40/120.

1/- Le Next 40 fait partie du French Tech 120 

Next 40 et French Tech 120, quelle est la différence ? Les entreprises du Next 40 sont les quarante premières entreprises du French Tech 120. Ce sont celles, qui, à date, sont les plus reconnues à l'international et par les médias. Elles mettent en lumière l'ensemble du French Tech 120. Ensemble, elles représentent les 120 jeunes entreprises françaises prometteuses et susceptibles de devenir des leaders technologiques. Le traitement au sein du label est le même. Seuls les critères d’entrées diffèrent.

2/- Le French Tech 120 : un classement basé sur des critères économiques

Le French Tech 120 classe les 120 plus belles startups françaises innovantes, en hypercroissance. Parmi elles, les 40 premières sont labellisées Next 40 et répondent à des critères différents des 80 autres. Mais tous se basent sur des données chiffrées et objectives telles que la croissance du chiffre d’affaires ou les fonds levés au cours des dernières années. Pour faire partie du Next 40, les entreprises doivent être valorisées au moins à un milliard d’euros, avoir réalisé une levée de fonds supérieure à 100M€ au cours des trois dernières années, ou avoir un modèle économique basé sur un mix entre levée de fonds et croissance du chiffre d'affaires. Pour les 80 autres, 40 sont sélectionnées sur un critère de levée de fonds (>20M€) et 40 sélectionnées sur un critère de croissance du chiffre d’affaires. 

3/- Plus de 50 partenaires de la sphère publique répondent aux enjeux du French Tech 120

La France est le seul pays à fédérer des interlocuteurs de différents services publics pour venir en aide aux startups. Les ministères et administrations françaises partenaires comportent tous un « correspondant French Tech », prêt à répondre aux attentes des entreprises membres du programme. Constance Legallais, responsable Développement à la direction de l’Innovation, joue ce rôle chez Bpifrance. Au quotidien, ses missions consistent à « faciliter la compréhension de Bpifrance pour les entreprises et les mettre en relation avec les interlocuteurs dont ils ont besoin ». Ces services publics partenaires sont épaulés par quatre « startup success managers » de la mission French Tech, chargés du suivi des entreprises, qui centralisent tous les services à leur disposition.

4/- Le French Tech 120 facilite les relations entre l’Etat et les startups

Le label permet aux startups membres de bénéficier d’échanges privilégiés avec certains services publics. Mais, à terme, ces relations permettent de tirer des bénéfices pour l’ensemble de l’écosystème des startups en France. « Les entreprises du French Tech 120 ont demandé une révision de leurs cotations auprès de la Banque de France. Cette dernière les a entendus en trouvant une solution pour s’adapter aux profils des startups », indique Constance Legallais. De plus, pendant le premier confinement, les correspondants French Tech ont proposé un accompagnement de proximité à des milliers de startups en détresse

5/- Un label devenu une marque reconnue en France et à l’international

Le French Tech 120 offre aux entreprises membres une certaine visibilité. Dans un bilan publié sur Medium, Kat Borlongan, directrice de la mission French Tech, explique que « l’existence du label a renforcé l’impact de ses bénéficiaires auprès des banques, des grands groupes, des employés potentiels, des administrations et, bien sûr des médias ». Dans ce même article, Geoffroy Guigou, cofondateur et directeur général de Younited Credit, développe la plus-value à l’international. « Le label a été un fort accélérateur de développement, en particulier dans nos négociations avec de grands groupes technologiques étrangers. Nous avons senti un avant et un après. Cette activité de partenariat représentait 1% de nos revenus en 2018, près de 15% en 2019 et représentera 30% à 40% en 2021. Le soutien rapproché de l’équipe French Tech est par ailleurs créateur de valeur ».

Bpifrance est partenaire du French Tech 120 :

Bpifrance et la mission French Tech sélectionnent ensemble les entreprises du French Tech 120. Pour candidater, cliquez ici.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil