A quoi ressemblera le manager de demain ?

Automatisation, digitalisation, intelligence artificielle, robotique … Les nouvelles technologies bouleversent notre façon de travailler mais aussi de manager. Alors, dans ces conditions, quelles sont les qualités indispensables pour manager les collaborateurs de demain

Des développeurs aux community managers en passant par les influenceurs, de nombreux métiers n’existaient pas il y a encore dix ans. Selon l’Institute for the Future, 85 % des emplois de l'année 2030 n’ont pas encore été inventés.Dans une économie à ce point bousculée, les pratiques managériales doivent elles-aussi se transformer. Dès aujourd'hui.

Aujourd’hui, une pluralité de modèles

Pour l'heure, « une pluralité de modèles organisationnels co-existent, relève Frédéric Petitbon, associé au cabinet PwC et co-auteur de l’ouvrage Managers : libérez, délivrez… surveillez ? D’une part, des modèles très classiques, organisés et descendants. D'ailleurs, ce dernier ne disparaîtra pas. Et d’autre part, des situations où il faut être en mode start-up, très agile ». Nombreuses sont désormais les organisations de plus en plus ouvertes, où l’on travaille avec toujours plus d’interlocuteurs en interne comme en externe. Une pratique qui fait émerger un besoin d’individualisation de la part des collaborateurs dans la façon dont ils sont managés, et, de la part des managers, une perte de repères, faute de pouvoir reproduire le modèle managérial appris de leur propre hiérarchie… « Il y a une vraie rupture pour les managers », affirme cet expert.

Intelligence situationnelle

Face à cette nouvelle donne, les managers ont besoin de cultiver de nouvelles compétences afin de gérer leurs équipes avec succès. Pour ce faire, ils peuvent suivre plusieurs pistes. D'abord, le manager doit avoir « une capacité à contextualiser son action », indique Frédéric Petitbon. « Il y a un besoin d’intelligence de situations et de capacité à mettre en perspective les modèles de travail par rapport à un contexte », explique-t-il. Il s'agit, en somme, de « comprendre ce qui se passe et de parvenir à adapter son comportement ». Une compétence fondamentale - même si elle n’est pas des plus faciles à développer… Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que ce qui était efficace hier ne l’est plus forcément aujourd’hui et pourrait l'être encore moins demain…

Individualiser la relation et donner des repères

Conséquence, les soft skills revêtent une importance essentielle : il est désormais crucial d'être « en résonance » avec les équipes. Ce qui exige « une capacité à individualiser la relation avec chacun des collaborateurs », pointe Frédéric Petitbon. Autant dire que « cela demande de l’écoute, de l’empathie et du temps en face à face pour le dialogue avec tous, qu’ils soient salariés ou participants externes à un projet ».
Par ailleurs, le manager de demain devra être capable de donner des repères à ses équipes. Comment ? « C’est le manager qui, dans sa ‘tribu’, doit construire des ‘rites’ - sur la façon dont la semaine de travail se déroule, sur le partage de l’information, sur l'utilisation de l’espace... le tout en mode agile », détaille l’expert.

La créativité, une qualité essentielle

Autre qualité clé d'un manager : la créativité. « Dans des organisations qui s’ouvrent, il faut être capable d’innovation en acceptant d'embrasser d’autres réalités », explique à cet égard Frédéric Petitbon. Une qualité d'ailleurs classée à la troisième place, derrière la résolution de problèmes complexes et l’esprit critique, au palmarès des compétences nécessaires pour réussir en 2020 tel qu'il a été établi à la suite de l’étude The Future of Jobs réalisée par le Forum économique mondial en 2016. « Les qualités mises en avant par le Forum de Davos sont absolument essentielles pour les équipes et encore plus nécessaires pour les managers », souligne-t-il. Selon ce classement (voir ci-dessous), l’intelligence émotionnelle et la flexibilité cognitive sont d’autres atouts incontournables à l'avenir - et même dès aujourd'hui…

Les compétences de demain se préparent aujourd’hui

Comment se préparer pour répondre à ces nouvelles exigences ? D'abord en développant le goût d’apprendre. Selon Frédéric Petitbon, « on apprend quand le dirigeant montre qu’il apprend lui aussi ». L'un des exemples de pratiques vertueuses cités par cet expert, c'est lorsque le chef « se montre à l’aise pour apprendre de ses collaborateurs », ou à l'occasion « de périodes d'apprentissage en commun ». Ensuite, en sachant se confronter à d’autres logiques que la sienne. Et en apprenant, par exemple, du monde associatif. Enfin, cet expert invite les managers à diversifier les équipes projet, en y intégrant des collaborateurs d’âges et de cultures variés, capables d’apporter des pratiques différentes. Et, dernier conseil, mieux vaut intégrer la dimension technologique en amont de toute réflexion stratégique pour l’entreprise et son management.
Autant de nouvelles pratiques que les managers, dans de petites comme de grandes entreprises, auront à cœur de développer sans tarder, afin d'affiner leurs compétences managériales pour demain. Car la révolution est déjà là - et elle risque fort de s’accélérer pour le monde du travail comme celui du management...

Management : 10 compétences pour réussir demain

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

Découvrez les solutions de financements de vos partenariats tech internationaux jeudi 25/04 à 11H ! Une subvention… https://t.co/K4ifoWlXnC