Engagée depuis longtemps dans le bio, l’emploi local et l’environnement dans le cadre d’une démarche RSE, Agro’Novae, une PME-PMI implantée au cœur des Alpes de Haute Provence, ne cesse de relever de nouveaux défis, notamment en cette période de pandémie.

« Ce qui se passe actuellement pour nous, raconte Yves Faure, dirigeant d’Agro’Novae,c’est que grâce à la répartition de notre activité en France et à l’export, mais aussi entre grandes surfaces, clients industriels et ventes sur internet, nous échappons à une contraction de notre production, qui s’est au contraire fortement développée depuis que les Français sont confinés à la maison ».

Industriel spécialisé dans la transformation de fruits et notamment dans la fabrication de confitures, l’entrepreneur a dû faire face une multiplication par deux de ses commandes afin d’assurer un réassort constant dans les grandes enseignes, principales clientes d’Agro’Novae. Une hausse de l’activité pour la production à destination de la France, mais qui touche également l’export qui « tourne à plein régime », comme l’affirme Yves Faure.
 
Une crise qui a néanmoins amené l’entrepreneur à adapter le mode de travail de ses collaborateurs. « Au début, ma principale crainte était au niveau du personnel. Je me suis donc mis à leur écoute pour prendre en compte leurs inquiétudes, leurs demandes et propositions. Nous avons légèrement réduit les horaires de travail, mis en place le port de masques, de gants et l’utilisation de gels. Nous avons également aménagé les postes de travail pour créer une distance de sécurité entre chacun. Au final tout le monde était rassuré et a immédiatement vu l’intérêt de venir travailler chaque jour afin de préserver l’entreprise et échapper à un confinement à la maison. ». Des initiatives qui se sont accompagnées d’une prime financière de présence sur site de 500€ par mois pour chaque collaborateur dès le mois de mars et qui sera préservée pour toute la durée du confinement.

Le bio gourmet « made in France » à la conquête de l’international

« Aujourd’hui beaucoup de consommateurs se tournent vers le bio : ils ont besoin d’être rassurés sur le mode de culture et la traçabilité des produits ! Donc très tôt, nous avons adapté nos confitures grâce à un savoir-faire qui nous est propre. Cette démarche nous a d’ailleurs valu en 2014 d’être labellisés par l’Etat « Entreprise du Patrimoine Vivant ». Ce virage, Yves Faure l’a pris il y a une quinzaine d’années en basculant en bio les confitures et compotes de sa marque « Les Comtes de Provence ». Une activité qu'il mène en parallèle de la production de préparations de fruits pour des traiteurs, boulangers ou fabricants de spécialités laitières, mais aussi de produits destinés au secteur de la cosmétique.

Membre depuis 2018 de l’Accélérateur Agroalimentaire National co-construit par l’Etat et Bpifrance, Yves Faure bénéficie d’un accompagnement sur-mesure lui permettant de poursuivre ses projets, et notamment le développement de sa marque « Les Comtes de Provence » à l’international. Aujourd’hui implantée dans 25 pays, principalement en Amérique du Nord et en Asie, l’export représente 30 % du chiffre d’affaires de l’entreprise. D'ici quelques années l'entrepreneur espère donc installer sa marque dans plus d’une cinquantaine de pays…et plus tard, la transmettre à son fils !

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil