Apprentissage : une année record et une meilleure insertion

310 000, c’est le nombre de contrats signés pour les inscriptions en apprentissage pour l’année scolaire 2018-2019. Il s’agit d’une hausse de 3,7 % par rapport à la période précédente, qui constituait déjà un record. L’engouement pour cette voie de professionnalisation devrait persister, le gouvernement mettant en avant un ensemble de mesures pour favoriser cette filière de formation.

Formation en alternance : tous les indicateurs au vert

En 2017, l’institut Montaigne constatait que plus de 50 % des 15-24 ans se disaient prêts à intégrer un cursus en alternance. L’intérêt pour ce type de parcours est encore plus visible chez les parents d’élève (74 %).

Pour la majorité des français interrogés (8 sur 10), la grande force de l’apprentissage est l’insertion professionnelle. De fait, le rapport 2018 de la mission « Travail et emploi » souligne que 3 apprentis sur 4 trouvent un travail dès la fin de leur formation.

Parmi les explications possibles à ce niveau d’insertion professionnelle élevé, les personnes interrogées mettent en avant une approche concrète du monde du travail, la proximité avec l’entreprise et l’efficacité des apprentis sur le marché de l’emploi, plus que chez les élèves issus d’un parcours classique.

L’Institut note cependant que l’apprentissage souffre d’un problème d’image : il est souvent associé aux métiers manuels ainsi qu’à de faibles niveaux de formation. Un point auquel répond presque directement la mission « Travail et emploi », puisqu’elle indique que l’alternance représente aujourd’hui près de 150 000 élèves issus de l’Enseignement supérieur, un chiffre qui a triplé depuis 2000.

L’apprentissage au cœur des plans du gouvernement

Deux textes récents mettent en avant l’importance qu’accorde le gouvernement à l’apprentissage : La Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, et la Mobilisation nationale et territoriale pour l’emploi.

La première, votée en septembre 2018, comporte notamment 3 mesures destinées à favoriser l’accès à l’apprentissage :

  • Le rehaussement de la limite d’âge de 26 à 30 ans pour les apprentis, ainsi qu’une revalorisation de leur rémunération.
  • La possibilité pour toute entreprise ou organisme de formation d’ouvrir un CFA (Centre de formation d’apprentis).
  • La simplification des aides aux employeurs, notamment pour les entreprises de moins de 250 salariés formant des apprentis avant le baccalauréat, qui disposent maintenant d’une aide financière unique.

La seconde, qui date de mai 2019, est une circulaire qui lance un questionnement autour de 6 chantiers liés à l’emploi en France. Le premier de ces chantiers tourne autour de l’apprentissage et se divise en 3 grands axes :

  • Garantir une entreprise et une formation à chaque apprenti.
  • Répondre aux besoins des apprentis en termes de logement et de mobilité.
  • Accompagner les candidats à la reprise d’études.

 Un vent d’optimisme confirmé par le grand nombre de jeunes venus rencontrer les chefs d’entreprise pendant le French Fab Tour, tournée lancée en janvier 2019 et qui se poursuit tout l’été !

Sources :
Rapport contrat d’apprentissage – Politiques de l’Emploi
Rapport Annuel 2018 – Mission « Travail et emploi »
Apprentissage : les trois clés d’une véritable transformation – Institut Montaigne

A propos du chiffre de la semaine

Le chiffre de la semaine, c’est un chiffre sélectionné pour vous chaque semaine par nos équipes. Issu de l’actualité, il porte sur des thèmes relevant de l’entreprise, tels que le financement, l’investissement, l’internationalisation, l’innovation, le développement durable, la transition numérique…

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

L'objectif du #VTE ? Réunir deux univers qui ont deux besoins différents : Les #PME et #ETI ayant des difficultés à… https://t.co/KlS5SQoSps