C’est quoi la low-tech ?

L’écosystème entrepreneurial est vaste et comporte de nombreux termes complexes. Dans le format Dans Notre Jargon, Bpifrance décortique certains d’entre eux. Aujourd’hui, lumière sur ce qu’est la low-tech.

La plupart d’entre vous avez déjà certainement entendu parler de la high-tech. Le terme, qui désigne les technologies de pointe, possède un antonyme méconnu. Même si la « low-tech » existe depuis plus de 40 ans, elle n’émerge que depuis quelques années dans le langage courant. Et il va sûrement falloir s’y habituer. Nous vous expliquons tout sur le concept de « basse technologie », une notion encore floue qui ne compte aucune définition officielle.

La low-tech : entre concept et philosophie

La low-tech est souvent définie comme l’ensemble des technologies utiles, durables et économiques. Elle se différencie de la high-tech en plusieurs points. Là où cette dernière vient combler des besoins secondaires en faisant parfois fi de son impact sur la planète, la low-tech veut répondre à des besoins primaires (comme l’accès à l’eau ou à la nourriture) en privilégiant des solutions technologiques peu coûteuses dans le respect de l’environnement. Ces dernières années, de plus en plus de startups low-tech émergent et voient en ce concept une solution d’avenir sur le plan écologique et économique.

La low-tech se rapproche également du « Do It Yourself » en privilégiant le savoir-faire et le sens pratique de l’humain. En Afrique de l’ouest, un ingénieur a par exemple conçu des couveuses à base de pièces détachées de voitures Toyota, marque bien implantée dans la région et permettant donc de respecter le principe de production locale.

Cependant, des habitudes de la vie quotidienne telles que se rendre au travail à vélo sont parfois considérées comme des pratiques low-tech. Elle ne se rapporte donc pas seulement à un concept comme peut l’être la high-tech, mais aussi à une philosophie. C’est en cela que la définition même de la low-tech fait débat. De son côté, le Low-tech Lab, organisme qui a pour but de partager ces solutions, définie la low-tech comme des objets, des services, des savoir-faire, mais aussi des pratiques, des modes de vie et même des courants de pensée, qui intègrent la technologie selon les principes d’utilité, d’accessibilité et de durabilité. Avec le temps et la maturité croissante de la low-tech, sa définition sera certainement amenée à s’affiner.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil