Case study : comment Le Petit Futé est devenu un pionnier de la révolution numérique

Depuis 1985, le Petit Futé mise sur la transformation digitale. Aujourd’hui, il propose à ses internautes de créer leur guide de voyage totalement personnalisable. Zoom sur les clés de sa réussite.

« Nos concurrents envoient généralement un auteur pendant un mois sur place pour recueillir des informations. Nous préférons nous appuyer sur de vrais connaisseurs locaux - des journalistes, des écrivains, et même des diplomates... », déclare Jean-Paul Labourdette. C'est d'ailleurs ce mode opératoire qui a poussé les dirigeants du guide touristique, lancé en 1976, à s'intéresser très rapidement au numérique. Dès 1985, pour être exact. Ce qui fait du Petit Futé un pionnier en la matière. « Nous devions offrir un outil permettant à nos quelque 1 000 auteurs réguliers de travailler, d'enrichir la base de données et d'effectuer des mises à jour », poursuit le co-fondateur et co-Président (avec Dominique Auzias) du Petit Futé. Il avoue bien volontiers qu'il ne savait pas à l'avance ce que le numérique allait réellement apporter à la société et à son énorme fonds documentaire. Or c'est un immense champ des possibles qui s'est ouvert...

Une base de données conséquente

Aujourd'hui, Powerfox, la plateforme sur laquelle fonctionne la base de données, permet, avec plus de 800 destinations dans près de 200 pays, d'alimenter tous les supports sur lesquels les guides sont disponibles (site web, mobile et papier).

Plus question de dépenser de l'argent inutilement : l'internaute construit désormais son propre guide.

Un choix stratégique, d'abord. Le site web, mypetitfute.com, libre d'accès et gratuit, offre en effet une vitrine pour le guide, dans un secteur où la notoriété est clé. « Sans oublier que c'est un levier de promotion pour le papier », précise Jean-Paul Labourdette. Une diversification de l'offre, ensuite. En effet, un internaute peut sélectionner ce qui lui convient, en fonction de son profil et de ses goûts. Mais pas seulement : depuis trois ans, il peut éditer son propre guide sur mesure. « Nous savons que les touristes n'utilisent que 25 % d'un guide complet. Et s'ils visitent trois pays - Cambodge, Laos, Vietnam, par exemple, lors d'un même voyage, ils devaient auparavant se promener avec trois gros guides ! », explique Jean-Paul Labourdette. Plus question d'alourdir ses bagages aujourd'hui et de dépenser de l'argent inutilement. L'internaute construit désormais son propre guide. Et s'il souhaite le recevoir numériquement, pour le charger sur son mobile ou sa tablette, l'opération, qui commence à un prix d'environ 3 euros, s'effectue en une petite demi-heure. Il peut aussi obtenir sous trois jours une version papier personnalisée, pour une somme de 15 à 30 euros. « Notre concept est révolutionnaire et nous sommes le seul guide au monde à offrir ce service pour toutes les destinations ! », s'enorgueillit le dirigeant. Lune de miel, retraite, voyage au long cours, les candidats au guide personnalisable ne manquent pas. Et le Petit Futé propose aussi des thématiques, des idées de circuits, des informations historiques, culturelles ou culinaires, sans oublier photos et cartes en option. « Il n'y a pas de fossé générationnel », indique en outre le co-fondateur du Petit Futé. Jeunes et plus âgés, tout le monde veut voyager léger !

Traduction et intelligence artificielle

Et bien sûr, le Petit Futé a bien l'intention de surfer sur la vague du numérique. « Nous travaillons à la transformation de notre fonds en version multilingue, révèle Jean-Paul Labourdette, mais c'est un travail de longue haleine ». Qui a déjà débuté avec des langues de base, comme l'anglais ou l'espagnol, compte tenu des progrès réalisés ces dernières années en matière de traduction automatique grâce à des logiciels s'appuyant sur l'intelligence artificielle. « Nous avions calculé qu'une traduction humaine de l'ensemble de notre fonds aurait coûté quelque 200 million d'euros ! », s'exclame le dirigeant. Les logiciels, de plus en plus performants, permettront dans un premier temps au Petit Futé d'offrir, dans les deux ans qui viennent, des guides dans cinq langues, qui existent déjà à titre expérimental. Edition numérique, d'abord, mais qui sera ensuite rejointe, comme pour les guides personnalisables, par une option papier. Viendront ensuite des dizaines de langues supplémentaires. De quoi poursuivre l'internationalisation de la société. Aujourd'hui, à 23 millions d'euros, le chiffre d'affaires international est déjà égal à celui réalisé dans l'Hexagone.

La révolution numérique concernant les produits s'est aussi traduite par une percée dans les opérations administratives et comptables de la société. « Nous avons sans doute été parmi les premiers utilisateurs de Skype, puisque nous devons parler à des auteurs disséminés à travers la planète. Nous avons également dématérialisé nos factures, et, depuis deux ans, notre gestion RH, dont les fiches de paie, pour les 170 salariés permanents que compte la société. Et tout a été très bien accepté », détaille ainsi Jean-Paul Labourdette. Autant dire que l'entreprise est là aussi à la pointe !

Transformation numérique : Les conseils de Jean-Paul Labourdette

  • « Il n'y a plus le choix : si une entreprise ne fait pas sa mue numérique, elle risque tout simplement de périr ! »
  • « La bascule prend du temps. C'est long, c'est compliqué et cela demande de la formation, pour lever les réticences qui peuvent exister. Mais une fois que l'on constate que ça marche et que c'est facile, c'est gagné ! »
  • « Je regarde en permanence de nouveaux outils. Cela ne veut pas dire que nous allons tout mettre en place mais il faut absolument rester en éveil sur les innovations numériques. »

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

Alerte coups de ♥ Comme chaque mois, @EuroQuity_fr invite les sociétés les plus innovantes en recherche de fonds à… https://t.co/T0DryLZOIW