Coronavirus: 4 milliards d’euros pour soutenir les startups

Pour aider les startups face à la crise sanitaire du Covid-19, le gouvernement a lancé un plan d’urgence exceptionnel de près de 4 milliards d’euros.

La pandémie de Covid-19 menace les acteurs économiques. Pour les startups, qui ne bénéficient généralement pas d’une assise financière solide étant donné leur jeunesse sur le marché, la situation pose question. En conséquence, le gouvernement a décidé de leur apporter du soutien. Ce 25 mars, l’Etat, accompagné de Bpifrance, a lancé un plan d’urgence de près de 4 milliards d’euros pour aider les jeunes entreprises à traverser cette période difficile.

Lancement du French Tech Bridge

Bpifrance, le secrétaire d’Etat chargé du numérique et le secrétariat général pour l’investissement ont uni leurs efforts pour servir d’appui aux startups. En plus des mesures déjà existantes et accessibles pour toutes les entreprises, les startups, du fait de leur fragilité, bénéficieront de mesures spécifiques.

Une enveloppe de 80 millions d’euros nommée « French Tech Bridge », financée par le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) et gérée par Bpifrance permettra de financer des bridges entre deux levées de fonds. De quoi soutenir les startups qui étaient en cours de levée de fonds ou qui en avaient prévu une dans les prochains mois. Ces financements, qui pourront aller de 100 000 euros à 5 millions d’euros, prennent la forme d’Obligations Convertibles (OC), avec un accès possible au capital, et doivent être co-financés par des investisseurs privés. Au total, avec l’effet de levier, le French Tech Bridge permettra de mobiliser 160 millions d’euros en fonds propres pour les startups françaises.

« Il est essentiel que les startups puissent continuer à lever des fonds »

L’Etat garantira également des prêts de trésorerie pouvant aller jusqu’à deux fois la masse salariale française 2019, ou, si plus élevé, 25% du chiffre d’affaires annuel. Ces prêts sont distribués par les banques privées et Bpifrance. Ils devraient représenter un montant total de près de 2 milliards d’euros.

A cela s’ajoute le remboursement accéléré par l’Etat des crédits d’impôts sur les sociétés restituables en 2020, dont le crédit impôt recherche (CIR) pour l’année 2019 et des crédits TVA. L’Etat accélère également les versements, en l’occurrence ceux des aides à l’innovation du PIA déjà attribuées mais pas encore versés, pour un montant total estimé à 250 millions d’euros.

A travers Bpifrance, le gouvernement maintient aussi son soutien aux entreprises innovantes avec près d’1,3 milliard d’euros d’aides à l’innovation prévus en 2020. Pour Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, les startups « ont un poids croissant dans l’économie, en particulier dans les emplois ». Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance, déclare s’adresser spécifiquement aux startups, « car il est essentiel qu’elles puissent continuer à lever des fonds, et que l’écosystème d’innovation français se maintienne à haut niveau ».

Un soutien aux startups, mais aussi aux PME avec le FRPME

En plus de son aide aux startups, l'Etat apporte également son soutien aux PME et aux petites ETI. Le FRPME (Le Fonds de Renforcement des PME), souscrit par Bpifrance Participations et le Programme d’investissements d’avenir (piloté par le Secrétariat général pour l’investissement), a vocation à intervenir dans des PME ou petites ETI, industrielles ou de services, réalisant au moins 5 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le FRPME interviendra, entre 0,5 et 5 millions d’euros, en capital développement sous la forme principalement d’Obligations à Bon de Souscription d’Actions (OBSA) sur des opérations de financement de Besoin en fonds de Roulement (BFR) et de renforcement ou de restructuration de haut de bilan.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil