Déconfinement : comment les entreprises préparent-elles la reprise ?

Pour de nombreuses entreprises, la date du 11 mai coïncide avec le retour d’une partie de leurs salariés en présentiel et une reprise d’activité (presque) classique.

Concilier protection des salariés et productivité. Au premier jour du déconfinement, de nombreuses entreprises voient le 11 mai comme le bout du tunnel après une période très particulière. Pour elles, l’heure est à la préparation d’une reprise progressive, mais bien différente du quotidien d’avant l’épidémie. En plus du protocole national de déconfinement déployé par le gouvernement, les entreprises prennent leurs propres dispositions en interne.

Accompagner et rassurer

Chez Biossun, spécialiste des pergolas aluminium bioclimatiques, les employés auront à disposition gels hydroalcooliques, visières, gants et masques de protection. Depuis le 27 avril, l’entreprise reprend progressivement son activité, et la part des salariés en présentiel peut aller de 50 à 100 % selon les services. Frédéric Foretti, président de l’entreprise, explique que les salariés se voient régulièrement informés de l’évolution de la situation via des notes d’information. L’entreprise affirme à ses clients « être en mesure de proposer des rendez-vous à domicile en respectant les gestes barrières, des plans 3D, des visio-conférences et privatisation des showrooms pour ceux qui en feront la demande ».

Chez Engie, la direction des ressources humaines indique qu'au 11 mai, seulement 20 % des effectifs sont en situation de reprise sur la base du volontariat, rapporte l’Usine Nouvelle. Les salariés à la santé fragile sont invités à se signaler à la médecine du travail afin d’être maintenus en confinement ou de reprendre avec des protections supplémentaires. Pour le moment, la direction ne souhaite pas dépasser la barre des 1 000 salariés présents physiquement dans les locaux, sur les 4 500 que compte l’entreprise.

De son côté, Loic Renart, dirigeant du groupe Globe et Cecil, a sorti les grands moyens pour protéger ses équipes. « Je vais ouvrir le 11 mai. Un hôtel sur les deux pour le moment. On testera les gestes barrières, on a commencé à monter nos outils de communication : on a fait une charte, une newsletter en gardant notre identité, malgré la situation. Un membre de chaque poste va constituer une équipe en charge de l’observation du respect des normes sanitaires que nous nous sommes imposées », détaille le président.

La prise de température se démocratise

En Moselle, l’entreprise Procedo propose des caméras thermiques pour détecter les potentiels porteurs du Covid-19. « La température est prise en moins d’une seconde et s’affiche immédiatement sur l’écran de la caméra avec une précision de 0,5 °C, largement suffisant pour détecter une fièvre au-dessus de 38 °C », explique Clément Vuibert, directeur commercial de Procedo à France 3 Régions. Plusieurs entreprises ont déjà installé ce type caméras dans leurs locaux. 
La fièvre étant l’un des symptômes du Covid-19, Christian Poinsot, Président de Laboratoire Icare, a décidé de proposer aux salariés une prise de température à l’entrée du site. « La mesure est imposée pour les visiteurs », conclut le dirigeant.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil