Demain : l'IA et la transformation des métiers du Droit

L’Intelligence Artificielle est en passe de révolutionner le secteur juridique. Si les legaltechs bouleversent déjà les services liés aux métiers du Droit, quels impacts cette technologie aura-t-elle demain sur l'ensemble du secteur ?

Le Droit est une terre naturelle pour l’Intelligence Artificielle (IA). D'ailleurs, 3 domaines du secteur sont principalement touchés par cette révolution technologique :

  • la recherche et l’accès à l’information juridique ;
  • l'audit et la gestion des contrats ;
  • l’évaluation du risque judiciaire.

Mais si l’IA promet une transformation en profondeur de l’offre et la demande des services juridiques, les questionnements et enjeux sur la place de l’humain sont nombreux, notamment dans le cadre de la justice prédictive.

Demain : l’ère du juriste augmenté

Aujourd’hui, l’Intelligence Artificielle a déjà des conséquences sur :

  • les organisations, avec moins d’effectifs dans les cabinets et de nouveaux métiers dans les legaltechs ;
  • les business models, avec la question de la facturation de tâches bien moins importantes grâce à l’IA ;
  • la formation des professionnels du Droit.

Mais les robots ne prendront pas la place des spécialistes du droit. « L’humain restera toujours au centre de la décision judiciaire », affirme Camille Jaeglé-Pons (Direction Juridique, Bpifrance). Si les juristes se servent aujourd’hui de ces technologies pour des tâches à faible valeur ajoutée, elles ne remplaceront pas pour autant l'humain. Ainsi est en train de naître le métier de “juriste augmenté”, qui découle de l’association entre le spécialiste et l’IA juridique.

Un potentiel en termes de solutions d’audit et de gestion de contrats...

Du côté des solutions de gestion de contrats et d’audit, on parle alors d’une IA « entraînée ». Cette techno serait en mesure d’apporter une véritable valeur ajoutée grâce à une analyse approfondie des arguments juridiques de nombreuses jurisprudences. « C'est une transformation des professions juridiques, notamment dans les cabinets d'audit qui n'ont plus besoin de mobiliser énormément de ressources sur leurs travaux » indique ainsi Hervé Coindreau (Direction Juridique, Bpifrance).

Mais la justice prédictive voit aujourd’hui un frein à son développement rapide : l’accès à la donnée. En effet, avec un coût d’accès à la donnée publique encore trop élevé pour des acteurs en phase de R&D, une consolidation du secteur semble indispensable.

… mais des questions éthiques subsistent sur le développement de l’IA

"Nous ne serons pas jugés par des robots" Hervé Coindreau

Aussi, l’Intelligence Artificielle va sans doute faire évoluer le process des décisions de justice qui pourraient être rendues « en toute impartialité ». L’analyse objective d’un volume important de données permettrait en effet de réduire l’intervention humaine, parfois suspectée d’être subjective et partiale.

Pour autant « nous ne serons pas jugés par des robots, les outils d’aide à la décision vont simplement prendre une place de plus en plus importante », ajoute Hervé Coindreau.

Encore faut-il être capable de répondre aux questions sur la fiabilité, la pertinence et la transparence de ces algorithmes...

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil

C'est l'été ☀️ Ça ne vous a surement pas échappé, une vague de chaleur s'intensifie sur l'Hexagone.. En tant que di… https://t.co/X1aKWQnk1r