Des objets connectés bons pour la santé

Les objets connectés appliqués à la santé constituent un nouveau marché à très fort potentiel de croissance, qui devrait doubler d'ici 2019. Loin d'être des gadgets, ils s'intègrent dans une démarche de prévention ou de suivi de certaines maladies.

  • Actus
  • Temps de lecture: 2 min

Un marché à très fort potentiel

De simples gadgets, les objets connectés ? Pas si sûr. Montres ou bracelets connectés vous informent de l’état de votre pouls, de la qualité de votre sommeil ou du nombre de calories dépensées. Ces objets sont très recherchés : ils représentaient déjà 60 % du marché mondial des objets connectés en 2013. Mieux : ce marché de la « santé connectée » est évalué à 2,7 milliards de dollars en 2014, et devrait doubler d'ici 2019 !

Les organisateurs du premier Trophée des objets connectés, tenu à Paris en juin dernier, l’ont bien compris. My Thermot, un thermomètre médical sans contact, a remporté le trophée dans la catégorie « Meilleur compagnon bien-être ». Il permet de suivre l’évolution de votre fièvre directement sur votre smartphone. En cas d’urgence, vous pouvez même localiser un professionnel de santé partout dans le monde !

Des outils de prévention et de suivi

Désormais, chacun peut donc suivre certaines constantes médicales sans se déplacer chez le médecin ou à la pharmacie. « Cette tendance place les objets connectés au centre d’un dispositif qui permet à chacun de suivre, analyser et partager ses propres données de santé dans une optique de prévention » explique Caroline Crousillat, responsable de la communication digitale d’Orange HealtCare. Ce suivi à domicile simple à domicile joue un rôle particulièrement important pour les maladies chroniques. « Le patient lui-même devient source d’informations précieuses pour augmenter la connaissance des professionnels de santé, et dans certains cas, lui permet d’être force de proposition dans sa thérapie », détaille Caroline Crousillat.

Une révolution de la relation médecin-patient très bien accueillie par les praticiens : 88 % d'entre eux sont favorables à cette délégation de la surveillance de ces données médicales au principal intéressé !