Des start-up françaises en pointe dans la production d’insectes comestibles

Selon de nombreux experts, consommer des insectes est une bonne façon de réduire l’impact environnemental de l’agriculture traditionnelle et de l’élevage animal en particulier. De jeunes pousses hexagonales occupent ce créneau avec brio.

Comment nourrir les neuf milliards d’habitants que comptera la planète en 2050 sans nuire à l’environnement ? Selon la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), cette contrainte majeure pourrait trouver sa solution si, d'une part, l'on mettait les animaux d’élevage au « régime insectes » et, de l'autre, si les humains consommaient eux-aussi ces petites bêtes. Il faut dire que les insectes ont une teneur en protéines élevée et qu'en nécessitant moins d’eau et de nourriture, leur production exerce une pression moindre sur l’environnement, de même qu'elle rejette beaucoup moins de gaz à effet de serre. Partant de ce constat, des entreprises françaises se sont créées ces dernières années, avec l’ambition de révolutionner l’alimentation humaine et animale et de faire des insectes les protéines du futur.

Innovafeed fait évoluer l’aquaculture

L’entreprise biotechnologique Innovafeed, basée au Génopole d’Évry, a ainsi développé des insectes destinés à l’aquaculture, alors que les producteurs de poissons utilisent aujourd’hui principalement des farines animales ou de soja, qui ont moins de qualités nutritionnelles et dont la production est moins vertueuse pour l’environnement. Innovafeed élève et produit ses insectes exclusivement en France, dans une usine opérationnelle depuis l’an dernier à Gouzeaucourt (Hauts de France). Début 2018, la start-up a levé 15 millions d’euros auprès de différents investisseurs, afin de financer le lancement d’un second site de production. De quoi lui permettre de se développer davantage sur un marché aquacole qui croît de 10 % chaque année.

Ynsect mise sur les animaux de compagnie et l’aquaculture

Implantée également au Génopole d’Évry, notamment pour la partie R&D, Ynsect élève des scarabées sur son site industriel de Dole, dans le Jura. Les insectes y sont ensuite transformés en alimentation pour les animaux de compagnie et l’aquaculture. Après plusieurs années de R&D, la jeune pousse, créée en 2011, a débuté ses activités en 2016. Au total, elle a levé 35 millions d’euros, par le biais de trois tours de table. À terme, Ynsect souhaite élargir ses perspectives en produisant des insectes pour l’élevage animal (volaille, cochon) et se développer à l’international.

Jimini's fournit des insectes pour nos assiettes

Donner l’envie de déguster des insectes, telle est l’ambition de la jeune pousse Jimini’s, fondée en 2012. Et depuis son lancement, le succès est au rendez-vous : plus d’un million de personnes ont déjà été séduites par ses produits pour l’apéritif, en France et en Europe, grâce aux 350 points de vente et à son site Internet. La société va prochainement élargir sa gamme et poursuivre son développement en France et en Europe, notamment avec un bureau à Londres, ouvert au début de 2016.

Ces trois start-up sont loin d'être les seules. Le potentiel français est large. D’autres entreprises, comme Micronutris, Entomofarm ou NextAlim, offrent également de quoi pour faire rayonner La French Fab, dans un domaine aussi stratégique que l’alimentation.

Partagez cette actu !
Abonnez-vous !

Recevez les dernières actualités directement dans votre boîte email.

CONNECTEZ-VOUS AVEC L’UNIVERS ENTREPREUNARIAL

Ne perdez pas le fil


Une erreur est survenue sur la page.


Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil

Venez découvrir l'@usineextra du 22 au 25/11 au @GrandPalaisRmn : une usine grandeur nature !… https://t.co/PzvbNQpci0