Domain Therapeutics mobilise la recherche contre Parkinson

Cette société biopharmaceutique du Bas-Rhin, lance des partenariats innovants pour accélérer son développement.

  • Portraits
  • Temps de lecture: 1 min

Après avoir déjà réussi deux levées de capitaux successives en 2008 et en 2012, pour un total de 4 millions d'euros, Domain Therapeutics, une société biopharmaceutique située à Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin), propose un partenariat à d'autres entreprises de biotechnologie pour accompagner ses candidats médicaments vers les essais cliniques.

Un outil spécifique, destiné aux fonds d'investissement

« Le Special Purpose Vehicle offre une meilleure visibilité aux fonds d'investissement, souvent confrontés à l'absence de perspectives des start-up quant à la période de validation de leurs recherches », explique ainsi Pascal Neuville, directeur général de Domain Therapeutics. Cette stratégie de partenariats a déjà permis une première levée de fonds, lancée en commun avec la société suisse Prexton Therapeutics, spécialiste de la recherche contre les maladies du système nerveux central.

Domain Therapeutics, qui compte 29 salariés à Strasbourg (5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014), entend conclure des partenariats similaires en Amérique du Nord. Pour y parvenir, elle vient d'implanter un bureau à Montréal, où des équipes locales apporteront des technologies complémentaires, gages d'une croissance rapide et de progrès thérapeutiques dans le traitement de la maladie de Parkinson.

Transfert de recherches

La société alsacienne a mis au point une méthode brevetée de criblage des gènes et des protéines en laboratoire. Les chercheurs sont en mesure de détecter, parmi 100 000 molécules, celle qui sera en mesure de fournir le meilleur candidat médicament. Ce savoir-faire particulier a déjà permis, en 2009 et en 2012, de bénéficier du transfert des travaux de recherche de deux laboratoires japonais, Takeda et Ono.